Le dilapidation de l'argent du contribuable est une activité courante des institutions en Algérie. Des sommes faramineuses sont dépensées dans des activités "inutiles", sous couvert de missions parlementaires. En effet, selon le journal Echourouk paru ce jeudi 15 avril, 3600 milliards de centimes ont été dépensés en 4 ans dans des voyages, des colloques et des rencontres au niveau international.

Cet argent a été dépensé dans les activités de l'APN, du Sénat ainsi que de la société civile entre 2018 et 2021. Selon la même source qui cite les témoignages d'un parlementaire, "le choix des représentants algériens pour participer à ces rencontres internationales ne se base pas sur leurs compétences". "Certains de ces représentants ne maîtrisent ni les langues, ni les dossiers pour lesquels ils sont envoyés", affirme ce parlementaire.

Ainsi, ces participations coûtent très cher au trésor algérien sans aucune valeur ajoutée au pays sur tous les plans. L’Algérie a dépensé cet argent dans les frais de participation à ces rencontres internationales, les voyages des parlementaires (députés et sénateurs) ainsi que des représentants de la société civile. Ces 3600 milliards représentent 790 milliards pour l'année 2018 , 790 autres pour 2019 , 740 pour 2020 et aussi 740 pour 2021. Ce recul des dépenses en 2020 et 2021 est du essentiellement à la crise sanitaire.

À lire aussi :  Marocgate : Un documentaire de la chaîne ARTE enfonce le Maroc

Il faut dire que la participation de l’Algérie aux sommets, colloques et rencontres internationaux est essentiellement pour faire de la figuration. Les représentants algériens profitent surtout de ces occasions pour faire du tourisme. Un constat confirmé par l'ancien député et membre du parlement méditerranéen Amar Moussi dans sa déclaration au journal Echourouk. Ce dernier a affirmé que les représentants algériens n'étaient pas choisis pour leurs compétences ou expériences. Ils n'ont même pas servi à promouvoir le tourisme en Algérie en faisant connaitre le pays à leurs hôtes.

Lire aussi : Droits de l’homme en Algérie : Le RCD fustige le silence des parlementaires

 

https://www.youtube.com/watch?v=OmDeZlwJnQw