L'ambassade de Turquie en Algérie a rompu le silence, ce dimanche 18 avril, à propos du prétendu soutien d'Ankara au mouvement Rachad en Algérie. Dans un communiqué rendu public ce dimanche 18 avril, la représentation diplomatique a démenti « les fausses rumeurs », évoquant des allégations infondées. 

« Les allégations selon lesquelles la Turquie s’efforce d’interférer sur la scène politique algérienne et qu’elle aurait agi en faveur de certains éléments ne reflètent nullement la vérité. Ces allégations cherchent à porter atteinte aux relations entre les deux pays, amis et frères », écrit l'ambassade de Turquie à Alger dans un communiqué rendu public sur sa page Facebook.

Pour la représentation diplomatique turque, « il est évident que les auteurs de cette propagande mensongère et de ces fausses rumeurs, qui visent à brouiller l’évolution des relations chaleureuses et amicales entre la Turquie et l’Algérie, ne tiennent pas compte de la profondeur des liens fraternels entre les deux pays ».

« Fausses rumeurs »

La même ambassade considère que « ces relations bilatérales, qui se développent dans tous les domaines sur la base du respect mutuel, sur la base du respect mutuel ainsi que les liens sincères remontant à plusieurs siècles entre les peuples des deux pays sont suffisamment forts et puissants au point de faire échouer toutes les initiatives négatives qui tenteront de nuire à ces relations ».

À lire aussi :  Voici le nouvel ambassadeur de l'Algérie en France

Pour rappel, il y a quelques jours, des sources médiatiques concordantes avaient rapporté que des responsables turcs auraient rencontré des dirigeants de la nébuleuse islamiste algérienne. Les mêmes sources indiquaient que des rencontres entre Rachad et les responsables turcs s'étaient déroulées dans les villes d’Istanbul et Antalya. Elles auraient pour objectif d’apporter un soutien logistique au mouvement islamiste, afin qu’il puisse « contrôler la rue en Algérie ».

Il est à noter qu'en Algérie, des avocats ont saisi, ce dimanche 18 avril, le ministre de la Justice pour porter l'organisation Rachad sur la liste des organisations terroristes.