C'est un véritable coup de gueule qu'a poussé l'homme politique et ancien député de la wilaya de Tizi Ouzou Nordine Aït Hamouda contre les attaques ciblant la Kabylie, ces derniers jours. Dans une déclaration, postée dans la soirée de jeudi 22 avril sur sa page Facebook, le fils du colonel Amirouche n'a pas mâché ses mots pour répondre au sénateur Abdelouahab Benzaïm et au blogueur Saïd Bensdira.

« En l'espace de deux jours, deux racistes anti-kabyles se sont attaqués à la Kabylie. Il s'agit des sieurs Abdelouahab Benzaïm, sénateur de son état qui insulte la Kabylie en se prévalant de la protection des hautes autorités, et de l'autre dévergondé réfugié à Londres qui appelle, rien que ça, à exterminer les militants pacifiques de Kabylie », écrit d'emblée Nordine Aït Hamouda.

L'ancien militant et membre fondateur du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD)  estime que cette situation arrange le pouvoir, dont il dénonce le silence face à ces dérives.

« Agissements indignes et dérives institutionnelles sans égal »

« Le pouvoir, arrangé par cette montée raciste anti-kabyle, qui s’inscrit dans la continuité de l’opération zéro Kabyle, se fourvoie dans un silence complice et prête le flanc aux islamistes de tous bords », accuse-t-il.

À lire aussi :  Algérie : Le chef de l'État annonce une augmentation des salaires, des retraites et de la prime chômage

Nordine Aït Hamouda, qui est également président de la fondation « Colonel Amirouche », a aussi tenu à dénoncer les tirs groupés contre la Kabylie au nom de cette organisation. « La fondation Colonel Amirouche s'élève contre ces agissements indignes et ces dérives institutionnelles sans égal. Elle met en garde contre cette montée intégriste et raciste orientée contre la Kabylie », alerte-t-il.

Il assure que la fondation, « en digne héritière des martyrs de la guerre de libération nationale et en gardienne de leur mémoire et de leur combat, s'érigera en digue contre ces terroristes d'un nouveau genre et se tient prête à défendre l'honneur de la wilaya 3 historique, quelles qu'en soient les attaques et leur violence ».

« Les fils de harkis et les suppôts du terrorisme... »

Pour le fils du colonel Amirouche, « il n'est pas admis qu'après 60 ans d'indépendance, les institutions cautionnent un révisionnisme insultant et laissent piétiner les principes pour lesquels nos parents sont tombés au champ d'honneur ».
Il affirme que « les fils de harkis et les suppôts du terrorisme islamiste venu de l'Orient doivent savoir que nous serons toujours là pour les remettre à leur position marginale et à leur vulgaire expression. Qu'ils sachent que quels que soient les atermoiements du régime et sa connivence avec eux et leurs relais, les forces vives et patriotiques triompheront ».