L’homme d’affaires et ex-député Abdelmalek Sahraoui a été placé sous mandat de dépôt, ce dimanche 25 avril, par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’hamed, à Alger. Après avoir fait l’objet de plusieurs enquêtes anticorruption depuis juillet 2019, alors qu’il était protégé par son immunité parlementaire, l'ancien député du FLN de la wilaya de Mascara a fini par tomber entre les mailles de la justice.

Selon plusieurs sources médiatiques, l’homme d’affaires Abdelmalek Sahraoui, qui a fait fortune notamment dans le secteur de l’immobilier, a été présenté ce dimanche devant le juge d’instruction du pôle économique et financier près le tribunal de Sidi M’hamed. Poursuivi dans plusieurs affaires de corruption, à savoir enrichissement illicite, obtentions d’indus avantages et fraude fiscale, Abdelmalek Sahraoui a été placé sous mandat de dépôt.

Selon les mêmes sources, l’ancien député FLN de la wilaya de Mascara a été incarcéré à la prison de Koléa. Abdelmalek Sahraoui, considéré comme l’un des hommes d’affaires les plus fidèles à l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, s'est fait connaître dans le monde des affaires ces dernières années en Algérie.

Il était proche du clan Bouteflika

Avant de devenir député sous la bannière FLN pour la circonscription de Mascara, aux législatives de 2017, Abdelmalek Sahraoui s'est fait un nom dans le monde des affaires. Il est surtout connu pour avoir fait fortune dans le secteur de l’immobilier et la commercialisation des matériaux de construction, de l’outillage agricole et le commerce des carburants.

À lire aussi :  Démantèlement d'un réseau de trafic de migrants et de cocaïne de et vers l'Algérie

Abdelmalek Sharoui s’ajoute à la longue liste des hommes d’affaires proches du clan de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika à se retrouver derrière les barreaux. En effet, une dizaine de promoteurs, qui ont fait fortune ces dernières années dans plusieurs secteurs et qui se croyaient intouchables, ont fini par tomber un par un dès la chute du régime Bouteflika. Le plus connu est l’ancien patron du groupe ETRHB et président du Forum des chefs d’entreprise (FCE) Ali Haddad, qui fut le premier homme d’affaires à se retrouver en prison, en mars 2019.

D’autres patrons bien connus dans le monde des affaires ont fait également l’objet d’arrestations avant de se voir condamner à de lourdes peines de prison. On peut citer le patron de Condor, celui du groupe Benamor, les frères Kouninef, le patron du groupe Mazouz, l’homme d’affaires Mahieddine Tahkout, les frères Oulmi…  Tous ont été condamnés à de peines allant de trois à quinze années de prison ferme.