L’ancien président du RCD, Saïd Sadi, a réagi aux accusations du ministère algérien de la Défense (MDN) contre le MAK. Le leader démocrate s’est exprimé dans une nouvelle contribution postée, ce mercredi 28 avril, sur sa page Facebook. Il considère que ces accusations font "partie de ces rituels d’alerte générale lorsqu’il y a urgence à faire diversion pour traiter les vrais problèmes par de mauvais procédés".

Saïd Sadi affirme d'emblée qu' "on peut tout reprocher au pouvoir algérien sauf de ne pas être constant dans ses manipulations. Sur ce registre, le régime tourne en circuit fermé. Du moins dans ses intentions car sur la forme, rien ne semble arrêter la régression". Il rappelle que "depuis 1962, la réaction du système FLN est invariable quand il est mis face à ses turpitudes : agiter son triangle des Bermudes allant de l’ouest (Rabat) au nord (Paris), pour revenir sur l’ennemi intérieur : la Kabylie".

L'ancien président du RCD revient sur les dernières accusations du ministère de la défense en Algérie à l'encontre du MAK. Il estime que "la dernière information faisant état d’un démantèlement d’une « bande criminelle » attribuée au MAK qui s’apprêterait à poser des bombes parmi les manifestants fait partie de ces rituels d’alerte générale lorsqu’il y a urgence à faire diversion pour traiter les vrais problèmes par de mauvais procédés".

Une manœuvre visant à provoquer des oppositions conflictuelles

Dans sa lecture de ces accusations, le Dr Sadi explique qu' "on ne peut pas retenir dans ce vaudeville l’idée d’une manœuvre visant à provoquer des oppositions conflictuelles dans la société politique kabyle. Le message délivré le 20 avril dernier était clair et frais dans toutes les mémoires. Les manifestants déjà en marche avaient rebroussé chemin pour libérer le carré du MAK bloqué par les CNS. Cette réaction spontanée ne laissait aucune place à d’éventuelles supputations quant à la fabrication et l’exploitation de rivalités locales".

Saïd Sadi affirme que "la Kabylie ayant choisi le combat pacifique, il était vain de chercher à y faire stigmatiser une tendance par d’autres. Dans cette région, une tradition est désormais solidement établie : la libre expression de tous est garantie dès lors que sont respectées les valeurs démocratiques".

Saïd Sadi conclut sa contribution avec un appel aux acteurs politiques en Kabylie. "Que chacun, indépendamment de ses positions et convictions, retienne et veille à consacrer une idée de base : la solidarité sans faille. Celle-ci doit accompagner aujourd’hui les militants pourchassés. Réciproque, systématique et sans exclusive, elle est un devoir et une solution qui s’impose à tous. C’est la meilleure réponse à donner aux amateurs de manipulations criminelles, la meilleure attitude à opposer aux obsédés du péril kabyle et la meilleure façon de pérenniser le débat démocratique dans le pays" écrit le Dr Sadi.

Lire aussi: Saïd Sadi : « Le RCD et le FFS ont pactisé avec Rachad »

https://www.youtube.com/watch?v=0tNwH94hIm4