Les Algériens bloqués à l’étranger lancent un appel au rassemblement pour revendiquer leur droit de rentrer en Algérie. Ces ressortissants comptent se rassembler samedi 8 mai devant les ambassades et les consulats à l'étranger, afin de demander la réouverture des frontières algériennes.

Les appels à la reprise des vols de rapatriement, suspendus fin février pour lutter contre la propagation des nouveaux variants du Covid-19, ne cessent de se multiplier. Dans leur dernier appel à la réouverture des frontières de leur pays, les Algériens, qu'ils soient bloqués ou établis à l'étranger, projettent d'organiser un rassemblement de protestation devant les représentations diplomatiques de leurs pays, notamment en France, qui compte une forte communauté algérienne.

Il faut rappeler que l'arrêt des liaisons aériennes et maritimes a causé le déchirement de plusieurs familles algériennes. Nombre de ressortissants n'ont pas pu revoir leurs familles depuis des mois, parmi lesquels figurent des cas précaires et des malades. « Rendez-nous notre liberté. Ouvrez les frontières aux Algériens ! » réclament les Algériens bloqués ou résidant à l’étranger.

« Rendez-nous notre liberté. Ouvrez les frontières ! »

Le sit-in prévu sera suivi par d’autres, annoncés pour chaque samedi devant les ambassades et les consulats d'Algérie à l'étranger, et ce, jusqu’à ce que la revendication soulevée soit prise en charge par les autorités algériennes, avertissent les concernés. Ces derniers se disent déterminés à rentrer au pays, quitte à inscrire cette action de protestation dans la durée.

À lire aussi :  Emmaüs Toulouse : Bons plans pour les étudiants en France

Pour rappel, depuis la fermeture des frontières, plusieurs appels ont été lancés pour l'ouverture de l'espace aérien algérien. Mardi 20 avril, des associations et collectifs, regroupé, sous la Coordination des associations de la société civile de l’immigration algérienne et des cadres algériens à l’étranger et en Algérie, ont interpellé le chef de l’Etat sur la nécessité de respecter leur droit de regagner leur pays.

Lire aussi : La fermeture des frontières accentue la précarité des retraités algériens