Après plusieurs mois de morosité, le marché noir des devises a connu un regain d'activité. En stagnation à cause de la crise sanitaire due au coronavirus, le marché parallèle des devises s’est réveillé à la suite de l'ouverture des frontières algériennes.

L'ouverture des frontières, et ensuite la reprise des vols de la compagnie nationale du transport aérien Air Algérie, a impacté le marché noir des devises. Les monnaies étrangères ont connu une hausse significatives après des mois de stagnation.

Ainsi, l'euro a gagné deux dinars et s'échange à 213 DA au Square Port-Saïd, alors qu'il s'échangeait à 211 dinars algériens il ya une semaine et 209 avant la réouverture des frontières.

De son, côté le dollar américain gagne également deux dinars au change et s'échange, ce lundi, à 178 DA.

Estimations : hausse des devises en Algérie

Il faut dire que contrairement aux prévisions, le marché noir des devises a profité de cette ouverture des frontières. Les devises de la diaspora algérienne, qui devaient alimenter le marché et augmenter l'offre, n'ont pas tiré leurs valeurs vers le bas. Au contraire, les cambistes tablent sur de nouvelles hausses des devises étrangères. Ils estiment que la mobilités des voyageurs profite toujours aux devises étrangères qui sont appelées à connaitre de nouvelles hausses les prochains jours.

À lire aussi :  Le dinar algérien va encore être réapprécié, selon Tebboune

Il faut aussi souligner que la reprise de la délivrance des visas pour les algériens et l'ouverture des frontières de certains pays européen va booster la demande sur les devises étrangères. Cette ouverture va relancer le commerce informel et l'importation des marchandises depuis les pays européen, une activité qui demande une manne financière importante en devises.

Dépréciation du dinar algérien sur le marché officiel

Par ailleurs, la dépréciation du dinar sur le marché officiel va impacter encore plus le marché informel. La chute de la valeur du dinar algérien induit automatiquement sa chute sur le marché noir. Il faut ajouter à cela l'instabilité politique et économique du pays, qui n'encourage pas les investissements en Algérie. Cette instabilité pousse les ménages à investir dans les valeurs sûres en gardant leurs économies en euro ou en dollar de crainte de l'effondrement de la monnaie nationale.