Les forces du général à la retraite Khalifa Haftar se sont emparées d’un poste frontalier entre la Libye et l’Algérie, ont rapporté des sources médiatiques libyennes le samedi 19 juin 2021. La frontière algéro-libyenne est donc désormais déclarée « zone militaire fermée ».

Les médias libyens indiquent que depuis jeudi dernier, les milices de Khalifa Haftar se sont déployées dans le sud libyen. Ces forces armées, expliquent ces mêmes sources, ont souligné que leur déploiement entre dans le cadre d'une opération menée contre les « terroristes takfiristes ». Un grand nombre de véhicules, dont des camions, des blindées et des pick-ups dotées de mitrailleuses, a été déployé dans cette zone.

Selon le journal arabophone El Khabar, les forces de Khalifa Haftar ont rendu public, samedi 19 juin, un communiqué à travers lequel elles confirment leur prise d'un poste frontalier avec l'Algérie. Dans le même communiqué, elles précisent que la frontière avec l'Algérie est déclarée « zone militaire fermée », où tout déplacement était interdit.

L'autorité militaire libyenne réagit aux manœuvres du Maréchal Haftar

Cette sortie du général à la retraite n'a pas laissé indifférentes les autorités militaires libyenne, qui n'ont pas tardé à réagir. Le Conseil présidentiel libyen, en sa qualité de commandant suprême de l’armée, a rendu public, le samedi 19 juin, un communiqué à travers lequel il a tenté de rappeler à l'ordre Haftar et ses milices.

À lire aussi :  Affaire Pegasus : L'Espagne et le Maroc ont-ils enterré la hache de guerre ?

« Il est absolument interdit de repositionner des unités militaires, quelle que soit la nature de leur mission, ou d’opérer tout mouvement de convois militaires à quelque fin que ce soit, ou pour transférer du personnel, des armes ou des munitions », peut-on lire en substance dans le document du commandement suprême de l’armée libyenne, cité par le site Tout sur l'Algérie (TSA).

Le général à la retraite va-t-il retirer ses forces de cette zone ? Il faudra attendre les prochains jours pour connaitre la réaction de Haftar.