Près de 500 kg de cocaïne ont été saisis, ce dimanche 27 juin, par les éléments des garde-côtes au port d'Arzew, dans la wilaya d'Oran. Selon le quotidien arabophone El Bilad, la quantité de drogue saisie, estimée à 4 quintaux et 90 kilogrammes, a été découverte, par les éléments des garde-côtes, flottant aux abords du port d'Arzew.

Une autre grande affaire de trafic de cocaïne vient d'éclater en Algérie. Après celle de 2018, où une quantité de 7 quintaux (700 kg) de cocaïne a été saisie à Oran, une autre grande saisie vient d'être effectuée dans la même région. En effet, selon une information du quotidien arabophone El Bilad, les garde-côtes ont procédé, dans la matinée de ce dimanche, à la saisie d'une importante quantité de cocaïne. Estimée à 4 quintaux et 90 kilogrammes, cette quantité de drogue a été interceptée aux abords du port d'Arzew, dans l'Ouest algérien.

L'alerte a été donnée par des pêcheurs

Selon une source sécuritaire interrogée par le quotidien El Bilad, ce sont des pêcheurs qui ont alerté les services de sécurité sur la présence de cette drogue dure. « Nous avons été alertés par trois pêcheurs après avoir aperçu des sachets flottant aux abords du port d'Oran », explique la source sécuritaire.

À lire aussi :  Sortie de FIFA 23 : Les nouveautés, les classements et les notes des joueurs de l'équipe d'Algérie

Aussitôt la drogue, dont la valeur est estimée à 500 milliards de centimes, interceptée, une alerte a été donnée. Des renforts de police et de gendarmerie se sont déplacés sur les lieux en procédant au bouclage des abords du port d'Arzew. Une enquête a été ouverte afin de déterminer les tenants et aboutissants de cette nouvelle grande affaire de drogue qui risque de faire des vagues en Algérie.

Deuxième plus grosse saisie de cocaïne après celle de 2018

Cette affaire, la deuxième plus grosse saisie de drogue dure en Algérie, après celle de 2018, risque, en effet, de faire révéler beaucoup de choses et même faire tomber des têtes, comme cela a été le cas en 2018, avec l’affaire des 7 quintaux de cocaïne saisis à Oran. Un scandale connu sous le nom de « Kamel El Boucher » et dont les répercussions sur le plan politico-sécuritaire se poursuivent à ce jour.