Le chef d’un parti de l’opposition a été arrêté, ce mercredi 30 juin à Alger, par les services de sécurité. Il s’agit du coordinateur du Mouvement démocratique et social (MDS), Fethi Ghares. L’annonce a été faite par sa femme, Messaouda Cheballah, via une vidéo publiée sur Facebook dans la soirée du mercredi 30 juin.

La vidéo diffusée en direct par sa femme montre des agents des services de sécurité en civil en train d’embarquer Fethi Ghares dans un véhicule 4X4 noir. La vidéo montre également l’appartement du couple qui a été perquisitionné. « Fethi Ghares arrêté et notre maison perquisitionnée », écrit la femme du coordinateur du MDS sur sa page Facebook.

Le chef du MDS, Fethi Ghares, arrêté à Alger

Selon Le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), le premier responsable du MDS a été arrêté chez lui par des éléments en civil, avant de l’embarquer vers une destination inconnue. Sur sa page Facebook officielle, le CNLD écrit :

« Arrestation de Fethi Ghares (MDS) chez lui à Gue de Constantine ce Mercredi 30 Juin 2021. Après son arrestation par des éléments en civil, il a été embarqué au commissariat 5e (Bab El Oued) puis les policiers l’ont ramené à nouveau chez lui à la maison avec ordre de perquisition. Sa maison perquisitionnée et fouillée par les éléments qui l’ont embarqué à nouveau vers une destination inconnue ».

Aussitôt l’annonce de l’arrestation de Fethi Ghares confirmée, plusieurs commentaires ont fusé sur les réseaux sociaux pour dénoncer cet acte. « Quand est ce que ça va arrêter ces harcèlements et ces arrestations arbitraires ? », s’interroge une internaute. « Ces arrestations arbitraires sont insupportables », ajoute un autre.

Fethi Ghares : figure du Hirak et opposant politique

Pour rappel, le coordinateur du MDS, Fethi Ghares, très actif sur le plan politique depuis le soulèvement populaire du 22 février 2019. Farouche opposant au régime, il a fait déjà l’objet d’une arrestation. C’était le 29 décembre 2019. Ce jour-là, chef du parti Mouvement démocratique et social (MDS) et des membres du parti ont été arrêtés dans la soirée au niveau d’un barrage de police à Alger. Ils avaient été transférés au commissariat d’El Mouradia, avant d’être relâchés vers 00 h 30.