À l'instar de nombreux pays, l’Algérie a décidé d'instaurer le pass Covid-19. C'est ce qu'a affirmé le jeudi 8 juillet le porte-parole du Comité scientifique du suivi de l’épidémie du coronavirus en Algérie. 

Intervenant lors d’une réunion tenue aujourd'hui 8 juillet au siège du ministère de la Santé à Alger, le professeur Djamel Fourar, porte parole du Comité scientifique du suivi de l’épidémie du coronavirus, a affirmé que « tout citoyen ayant reçu le vaccin  obtiendra une attestation de vaccination avec un code personnalisé ».

Un pass Covid pour accéder aux lieux publics en Algérie et voyager à l'étranger

Ce certificat servirait alors comme un pass sanitaire qui permettra aux personnes vaccinées d'« accéder aux lieux publics et de voyager à l’étranger », explique le porte parole du Comité scientifique. Cette mesure intervient au moment où le nombre des infections ne cesse d’augmenter, et va certainement pousser les Algériens à se faire vacciner.

Vaccin obligatoire pour accéder aux lieux publics

Le 7 juillet, le professeur Kamel Djenouhat, a affirmé dans une déclaration à la radio régionale de Sétif que « le Comité scientifique du suivi de l’épidémie du coronavirus va suggérer aux pouvoirs public l'obligation du vaccin pour l’accès au lieux publics ». Une suggestion qui semble être prise en compte avec cette déclaration du porte parole du même Comité à propos du pass sanitaire.

À lire aussi :  Soixante ans après l'indépendance, ces Algériens papis-portefeuilles

Pour sa part, le ministre de la Santé Abderahmane Benbouzid a focalisé son intervention à l’occasion de la réunion de ce jeudi 8 juillet sur la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19. Dans ce contexte, il a affirmé que « six mois après l’opération, il n’a été enregistré aucun cas d’effet secondaires graves », soulignant que seulement de la fièvre et une douleur au point de l’injection ont été observés.

Le ministre de la Santé écarte le recours au confinement

Indiquant que le Gouvernement s’attelait à accélérer le rythme de la vaccination, dans l’optique d’une immunité collective qui permettrait un retour rapide à la vie normale, Benbouzid a également évoqué le rebond significatif enregistré dernièrement par le virus, pour dire qu’il « constituait, effectivement, les prémices d'une 3e vague ».

Pour autant, le ministre a écarté toute idée de reconfinement total, précisant que son Département n’a pas appelé à une telle mesure. « Le reconfinement total en cette période estivale est vraiment à écarter. Nous n'avons pas suggéré aux hautes autorités de prendre une telle mesure, malgré la situation inquiétante sur le plan épidémiologique », affirme le ministre.

La vaccination en Algérie à la traine

Sur le sujet de la campagne de vaccination, le ministre a indiqué que quatre millions de doses de vaccin contre la covid-19 devront être réceptionnées entre le 11 et 18 juillet. Benbouzid a précisé que 1,6 million de doses seront réceptionnées le 11 juillet en cours et 400000 autres le 18 du même mois, ainsi qu'un million de doses à la fin de ce mois, portant le nombre des doses à près de 4 millions de doses. « ce qui élargira la campagne de vaccination de tous les citoyens », explique-t-il.

À lire aussi :  Le Canada va faciliter la résidence permanente pour les médecins étrangers

Le même responsable a appelé à élargir cette campagne dans les espaces publics, les mosquées, les établissements et les centres commerciaux pour juguler la chaîne de contamination et permettre un retour à la vie normale. Le ministre rappelle, par la même occasion, que la situation épidémiologique actuelle exige de tout citoyen vigilance et respect des règles d'hygiène, de distanciation physique et du port du masque.