L'Algérie vit depuis quelques jours au rythme de la crise sanitaire. Les différentes structures sanitaire souffrent du manque d'oxygène médical. Des malades du Covid-19 ont périt et périssent encore à cause du manque de cette matière vitale pour leur prise en charge. Un véritables chaos, comme le démontrent les images et les témoignages recueillis par le média français Brut, lors d'un reportage qu'il a réalisé.  

« On en a marre, on travaille des heures et des heures, des semaines et des semaines avec des patients et après on les perd bêtement », s'écrit un des médecins, visiblement à bout de nerfs et de patience. Le reportage rapporte en outre des images « des soignants se jetant sur les rares bouteilles d'oxygène au niveau d'un hôpital à Alger », pour reprendre l'illustration du média. Pour lui, cela en dit long sur la crise sanitaire qui secoue l'Algérie.

« On renvoie des malades juste parce qu'il n' y a pas d'oxygène, du coup ils se sont retrouvés chez eux à chercher l'oxygène, à chercher les concentrateurs d'oxygène pour s'oxygéner chez eux », raconte au même média, Naouel Bouguestour, médecin au CHU Lamine Debaghine à Alger.

« Des malades sont décédés à cause du manque d'oxygène »

Et d'ajouter non sans amertume : « des confrères ont du affronter des situation frustrantes. Ils sont vu des malades décéder devant leurs yeux parce qu'il n y avait plus d'oxygène ».

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

Au niveau, de cet autre hôpital « le plus grand du pays à Alger » comme le décrivent les réalisateur du reportage, la situation est pire. Là, on découvre des malades accompagnés de leur proches attendre à même le sol. Le directeur de l'établissement, Rachid Belhadj, n'a d'ailleurs pas hésité à tirer la sonnette d'alarme. « Les situations sont très sérieuses et très dangereuses. Un grand nombre d'ambulances transportent des morts et non pas des malades », a t-il déclaré en substance. Ce directeur a par ailleurs lancé un appel à l'aide pour venir à bout de cette crise.

En somme c'est toute la grande famille du secteur sanitaires qui ne cesse d'alerter et de multiplier les appels du genre. Ces véritables cris de détresse et SOS n'ont d'ailleurs pas été sans suite puisque une large mobilisation au sein de la société civile a été provoquée. Un grand mouvement de solidarité a vu en effet le jour pour l'acquisition d'oxygène et permettre ainsi aux malades et aux structure sanitaire de souffler en attendant des jours meilleurs.