Un jeune homme, soupçonné d'être un pyromane, a été arrêté et lynché à mort mercredi 11 août par un groupe de jeunes à Larba Nat Iraten, région tragiquement touchée par les feux de forêt ayant ravagé la wilaya de Tizi-Ouzou. Selon des sources locales, d'autres individus suspectés d'être des pyromanes ont été également appréhendés.  

Tout le monde s'accorde à dire que les incendies qui ravagent depuis lundi 9 août la Kabylie et plus particulièrement la wilaya de Tizi-Ouzou, relèvent d'un acte criminel. Même le procureur général près de la cour de Tizi-Ouzou a confirmé cette théorie lors d'un point de presse.

Dès lors, les appels à la vigilance ont été lancés pour éviter d'autres incendies. Des jeunes se sont organisés en comité de surveillance pour sillonner les différentes régions. C'est ainsi qu'un groupe de jeunes est tombé mercredi sur trois présumés pyromanes dans la région de Larba Nat Iraten, à Tizi-Ouzou.

Les versions différent en fait sur les circonstances de l'arrestation de ces personnes. Certaines sources soutiennent que les personnes soupçonnées ont été appréhendées sur une route à bord d'un véhicule sans plaque d'immatriculation.

Vague d'indignation

Ces présumés pyromanes, apprend-on de sources locales, ont été conduits en ville où des centaines d'autres jeunes se sont rassemblés. Un des individus arrêtés a été lynché. La scène a été filmée et largement partagée sur les réseaux sociaux. La vidéo montre, en effet, une foule assez compacte de jeune en colère voulant pénétrer dans un fourgon de la police en stationnement où se trouvait vraisemblablement l'individu en question.

À lire aussi :  Rifka et Numidia Lezoul écroués dans l'affaire Future Gate

La scène s'est déroulée au niveau de la cour du commissariat de police. Ne voulant rien entendre, ces jeunes en colère ont réussi à arracher le présumé pyromane aux services de sécurité avant de le tabasser à mort. Certaines sources affirment que son corps a été ensuite brûlé.

"Le défunt était un artiste venu distribuer des dons"

A l'issue de cet acte, faut-il le signaler, des personnalités politiques, des artistes, des citoyens anonymes étaient unanimes à le condamner et à le dénoncer. Cela d'autant plus que la personne tuée, s'est-il avéré, était innocente. Ce jeune répondant au nom de Djamel Bensmaïl était un artiste qui s'est rendu à Larba Nat Iraten pour distribuer les dons. C'est en tout cas ce qu'a indiqué le réalisateur Bachir Derrais dans un post publié sur sa page Facebook.

"Mes condoléances à toute la famille de Djamel Bensmaïl, artiste, victime de la barbarie humaine. Pris pour un pyromane alors qu'il était parti distribuer des dons pour les victimes des incendies. Voilà ce qui arrive quand on veut fait justice par soi-même. Et je lance un appel à la retenue, à la raison et la sagesse pour sa tribu, les habitants de Aïn Defla et sa famille, même si je sais que c'est dur", a écrit, en effet, le réalisateur.
Bachir Derrais avait posté un autre message quelques minutes auparavant où il indiquait qu'il a été contacté par la famille du défunt. "Je viens d'être contacté par l'un des oncles de la personne qui a été lynchée et brûlée en Kabylie, il jure que son neveu est innocent et qu'il a passé la nuit à récolter des dons pour la Kabylie. Je ne vous souhaite pas d'être à ma place... Je suis effondré", a-t-il dit.

Les feux ont fait 69 morts à Tizi Ouzou

Il est à noter que cette commune a payé un lourd tribut lors des derniers incendies.  Larba Nat Iraten compte, en effet, plusieurs morts et des dizaines de blessés. Des centaines de familles ont quitté leurs domiciles pour sauver leurs vies après que les flammes aient atteint leurs villages. Ces familles sont actuellement hébergées dans différentes structures mises à leur disposition par la population des autres localités, notamment le chef-lieu de wilaya.