Les feux de forêt ravagent le nord de l'Algérie depuis plusieurs jours. L'une des régions les plus touchées, Larbaâ Nath Irathen, en Kabylie, continue de compter ses pertes. Au grand nombre de villages brûlés, de familles sinistrés et d'animaux perdus s'ajoute une longue liste de morts et de disparus.

Le village Agoulmime, à Ikhlidjene, fut l'un des premiers à être touchés. Les maisons, proches des bosquets et de la forêt, ont vite été aux prises des flammes. La population, livrée à elle-même, a dû abandonner les lieux dans la précipitation. Malheureusement, alors qu'ils faisaient fuir leurs quatre enfants, Ighmourassen Salem et sa femme Firouz ont été rattrapés par les flammes et n'ont pas pu en réchapper. Avec eux était leur petite fille, un nouveau né.

Leurs autres enfants, un garçon âgé de 3 ans, et deux filles, âgées de 5 à 7 ans, furent sauvés par les citoyens présents. Les deux filles, Aline et Maylis, sont actuellement en soins à l'Hôpital des Brûlés, à Alger. Le garçon, Mbarek, est en sécurité chez ses tantes.

Les villages de Larbaâ Nath Irathen pansent leurs plaies et comptent leurs pertes

Trois jours après ce drame, les citoyens du village font leur deuil. Le couple et son enfant sont inhumés aujourd'hui au village Agoulmime, aux côtés d'un grand nombre d'autres concitoyens ayant perdu la vie, par les flammes ou par la fumée, en tentant de fuir ou en essayant désespérément de sauver des vies. La région dénombre 26 morts en tout, dont 19 identifiés et d'autres non. Des personnes sont encore portées disparues.

Contactés par nos soins, plusieurs habitants d'Ikhlidjene se disent sous le choc. Certains affirment ne plus trouver sommeil. D'autres affirment la nécessité d'un soutien psychologique et de la mise en place d'une cellule d'écoute et de traitement du stress post-traumatique.