Le Maroc a réagi officiellement à la décision Algérienne de couper les relations diplomatiques entre les deux pays. Le ministère marocain des Affaires étrangères s'est exprimé sur sa page Facebook le 24 août. 

Ainsi, le Maroc réagit d'une façon laconique à la décision algérienne. « Le Royaume du Maroc a pris note de la décision unilatérale des autorités algériennes de rompre, à partir de ce jour, les relations diplomatiques avec le Maroc », écrit le ministère des Affaires étrangères du Royaume chérifien.

Le Maroc affirme que la décision est « injustifiée »

Le département des Affaires étrangères ajoute que « le Maroc regrette cette décision complètement injustifiée ». Il affirme que cette décision n'est pas une surprise, et que pour le Maroc, elle est « attendue – au regard de la logique d'escalade constatée ces dernières semaines – ainsi que son impact sur le peuple algérien ».

Le royaume marocain « rejette catégoriquement les prétextes fallacieux, voire absurdes, qui la sous-tendent (la décision) ». Il affirme qu'il « restera un partenaire crédible et loyal pour le peuple algérien et continuera d’agir, avec sagesse et responsabilité, pour le développement de relations intermaghrébines saines et fructueuses ».

L'Algérie décide de rompre ses relations avec le Maroc

Il faut rappeler que tôt dans la soirée du 24 août le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé la rupture des relations diplomatiques entre l'Algérie et le Maroc. Une rupture qui, en vue des relations très tendues, n'était qu'une question de temps. En conférence de presse au CIC d'Alger, le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a rendu public une déclaration du chef de l'État Abdelmadjid Tebboune dans laquelle est annoncée la rupture des relations avec le pays voisin.

À lire aussi :  Marocgate : Un documentaire de la chaîne ARTE enfonce le Maroc

Ramtane Lamamra explique les raisons de la rupture avec le Maroc

Parmi les raisons de cette rupture, l'Algérie cite notamment le soutien de l'ambassadeur du Maroc à l'ONU au mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie, ainsi que les déclarations du ministre israélien des Affaires étrangères lors de sa visite au Maroc. Durant cette dernière, le chef de la diplomatie israélienne avait souligné ses « inquiétudes au sujet du rôle joué par l’Algérie dans la région, son rapprochement avec l’Iran et la campagne qu’elle a menée contre l’admission d’Israël en tant que membre observateur de l’Union africaine ». Le responsable algérien a aussi rappelé le scandale d'espionnage, affaire « Pegasus », dans lequel le Maroc joue un rôle important. Il est aussi question du Sahara occidental. Ramtane Lamamra conclut en affirmant qu'« en tout état de cause, le Maroc refuse la logique du fait accompli ».