Le dossier du gazoduc Maghreb-Europe, à travers lequel l'Espagne était alimentée en gaz naturel algérien, serait « définitivement clos » pour l'Algérie, et le contrat qui arrivera à terme le 31 octobre prochain ne sera pas renouvelé. C'est ce qu'a affirmé « une source sûre » du journal Liberté, qui a rapporté l'information ce mardi 7 septembre 2021. 

L'Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc il a quelques jours. Conséquence collatérale de cette décision : Alger a décidé, dans la foulée, de faire l'impasse sur le gazoduc Maghreb Europe qui passait sur le sol marocain et à travers lequel l'Algérie acheminait son gaz vers ses clients du vieux continent et plus particulièrement l'Espagne.

Fin août écoulé, le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab, qui recevait l'ambassadeur de l'Espagne en Algérie, a affirmé que l'approvisionnement de l'Espagne en gaz naturel algérien se fera désormais à via le gazoduc Medgaz. Le ministre a rassuré son hôte de « l’engagement total de l’Algérie de couvrir l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel à travers le Medgaz ».

Côté marocains, on arrive décidément pas à admettre cette décision. Les médias marocains ont véhiculé dernièrement une information selon laquelle les autorités algériennes menaient « discrètement des négociations » avec leurs homologues espagnoles afin de renouveler le contrat de ce gazoduc.

À lire aussi :  Comment l'Algérie peut capter l'argent de l'informel : la solution du ministre des Finance

« Il n'y a plus rien à négocier » dans le dossier du GME

Pour l'Algérie, cela est archi faux. Une source citée par le journal Liberté a affirmé qu'il s'agissait d'une « pure fiction ». La même source a souligné qu'il « n'y a plus rien à négocier dans ce dossier ». Voilà donc qui coupera certainement court à la rumeur et aux espoirs du Maroc. Le Royaume avait en effet émis le vœu de maintenir ce gazoduc. « Le Maroc est pour le maintien du Gazoduc Maghreb Europe (GME), dont le contrat arrive à son terme le 31 octobre 2021 », avait affirmé, le 19 août, la directrice générale de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) marocain, Amina Benkhadra.