L'Algérie a mis définitivement une croix sur le Gazoduc Maghreb-Europe qui traversait le Maroc et qui alimentait l'Espagne en gaz naturel. C'est ce qui ressort des déclarations du ministre de l'Énergie et des Mines, tenues le jeudi 26 août 2021 lors de sa rencontre avec Fernando Moran, l'ambassadeur d’Espagne en Algérie. 

Selon un communiqué du ministère de l'Énergie et des Mines, cité par l'agence de presse officielle (APS), Mohamed Arkab a affirmé que l'approvisionnement de l'Espagne en gaz naturel algérien se fera désormais à travers le gazoduc Medgaz. Le ministre a rassuré son hôte de « l’engagement total de l’Algérie de couvrir l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel à travers le Medgaz », peut-on lire dans le communiqué ayant sanctionné la rencontre entre les deux parties.

Le ministre de l'Énergie algérien et l'ambassadeur de l'Espagne en Algérie ont évoqué les relations bilatérales entre les deux pays, notamment en ce qui concerne le domaine de l'énergie. Le gazoduc Maghreb-Europe n'a pas été cité dans ledit communiqué. C'est ce qui laisse dire que celui-ci ne constitue plus un moyen pour alimenter l'Espagne en gaz et que le contrat, qui arrive à terme le 31 octobre prochain, ne sera très probablement pas renouvelé.

« Les approvisionnements se feront à travers le Medgaz »

Il faut dire que cela était prévisible après que l'Algérie ait décidé de geler ses relations avec le Maroc. Le Royaume a émis le vœu, il y a quelques jours, de maintenir ce gazoduc. « Le Maroc est pour le maintien du Gazoduc Maghreb Europe (GME), dont le contrat arrive à son terme le 31 octobre 2021 », a affirmé, le 19 août, la directrice générale de l'Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) marocain, Amina Benkhadra.

À lire aussi :  Pourquoi Élisabeth Borne visite-t-elle l'Algérie ?

Pour les autorités algériennes, cette déclaration relève du « pur mensonge, par ailleurs partagé par le souverain Alaouite », ont déclaré, le 21 août, des experts algériens à l'agence officielle APS. Le gel des relations entre les deux parties ne laisse ainsi aucune chance à ce gazoduc.