Dans son dernier livre, intitulé « La France n’a pas dit son dernier mot », Éric Zemmour affirme que le chef de l’État Emanuel Macron était intéressé par ses analyses et son plan sur l’immigration. Le polémiste est allé jusqu’à affirmer que Macron lui avait demandé une note à ce propos. Une sortie qui a suscité une nouvelle polémique au sein de la classe politique française.

Le nouveau livre d’Éric Zemmour fait déjà parler de lui dans les médias français avant même sa parution. La France n’a pas dit son dernier mot, dont Le Figaro a publié le 9 septembre des extraits, est devenu le sujet de discussion en France. Ce passage, particulièrement, provoque une polémique. Zemmour, qui s’apprête à annoncer sa candidature à la présidentielle de 2022, raconte un entretien téléphonique qu’il aurait eu avec l’actuel président de la République Emmanuel Macron.

Éric Zemmour et Emmanuel Macron ont discuté d’immigration et de communautés musulmanes

Cet appel, selon le polémiste, est intervenu après qu’il ait été agressé verbalement et que la vidéo ait été publiée sur les réseaux sociaux en mai 2020. Dans ce bref passage, le polémiste relate brièvement une conversation « qui a durée 45 minutes » centrée autour des « racailles », de la République, des banlieues et sans surprise, de l’islam, relate l’hebdomadaire Le Figaro.

C’est Emmanuel Macron qui l’aurait appelé après l’agression verbale qu’a subie Éric Zemmour. « Je lui dis qu’il y a toujours des individus bons ou méchants, peu importe, mais je crois aux inconscients collectifs qui nous dirigent, et l’inconscient collectif de ces populations musulmanes est de coloniser l’ancien colonisateur, de dominer l’infidèle au nom d’Allah », explique le polémiste.

Selon Éric Zemmour, Emmanuel Macron était « intéressé » par son « plan sur l’immigration »

Selon Eric Zemmour, Emmanuel Macron lui aurait répondu qu’il avait « raison sur ce point », mais que lui-même ne pouvait parler de ce sujet de cette manière sous peine de provoquer « une guerre civile ». « Je lui dit qu’on va de toute façon à la guerre civile si on continue la politique qu’il suit », reprend Éric Zemmour.

Celui-ci propose alors au chef de l’État son « plan ». « Ça m’intéresse », lui répond Emmanuel Macron. À la fin de la discussion, le président réclame même une note sur ce « plan ». « Quel plan ? » a enchaîné Éric Zemmour. « Mais voyons, votre plan sur l’immigration, mon secrétariat vous contactera », aurait dit Emmanuel Macron.