Le journaliste Éric Zemmour fait encore parler de lui en France. Même s’il n’a pas encore officialisé sa candidature à la prochaine présidentielle, le polémiste d’extrême droite qui multiplie ses sorties médiatiques, continue d’animer le débat et surtout la polémique sur les sujets autour de l’islam et de l’immigration en France.


Lors de son passage samedi 11 septembre dans l’émission « On est en direct »  sur France 2, Éric Zemmour a évoqué une série de mesures qu’il comptait mettre en place en France s’il est élu président de la République à l’issue du scrutin du 22 avril 2022.

« Je ne fais pas de différence entre l’islam et l’islamisme » affirme Éric Zemmour

Le polémiste a annoncé à ce propos que s’il gagnait aux élections présidentielles d’avril 2022, il imposerait aux musulmans de changer leurs prénoms.

« Je ne fais pas de différence entre l’islam et l’islamisme, mais je fais une différence entre l’islam et les musulmans, qui ont tout à fait le droit de respecter leur foi », lance le chroniquer de CNews sur le plateau de l’émission « On est en direct » diffusée par France 2.

Le polémiste est revenu notamment sur les prénoms donnés aux enfants français. « On peut demander aux musulmans de limiter leur religion à la foi et à la pratique et de ne pas appliquer leur code juridico-politique, ce qu’ils font généralement dans tous les endroits où ils sont majoritaires. C’est exactement comme la Révolution française et Napoléon ont fait avec les juifs », a-t-il notamment affirmé.

Eric Zemmour pense qu’un Français n’a pas le droit d’appeler son fils Mohamed

Interrogé par la journaliste Léa Salamé sur le plateau de France 2, qui demande à Zemmour : « si vous êtes président, un Français n’a pas le droit d’appeler son fils Mohamed ». La réponse du polémiste Eric Zemmour, fut catégorique : « non », en ajoutant qu’un français peut donner le nom Mohamed « en 2e prénom ». Éric Zemmour précise qu’il voudrait rétablir la loi de 1803 sur les prénoms en France.