Les drames engendrés par le phénomène de la migration clandestine ne cessent de prendre de l’ampleur. Face au nombre impressionnant de migrants qui tentent de traverser la mer depuis les côtes maghrébines pour rejoindre le sud de l’Europe, les chiffres des migrants qui y laissent leur vie sont malheureusement alarmants.


Rien que durant les dernières 72 heures, huit cadavres de migrants partis d'Algérie ou du Maroc, dont celui d'un enfant, ont été retrouvés depuis dimanche sur des plages de la province d'Almeria (Andalousie), dans le sud de l'Espagne, ont indiqué ce mardi 21 septembre les autorités locales.

Huit cadavres de harraga, dont un enfant, retrouvé sur la côte de l’Andalousie

« Un total de huit cadavres ont été localisés entre les villes de Carboneras et Vera, correspondant à une ou plusieurs embarcations », a indiqué la sous-préfecture d'Almería à l'AFP.

L'un des corps est celui d'un enfant et deux autres sont ceux de femmes, a précisé le service d'urgences de la région d'Andalousie dans un communiqué. Ces corps « sont en cours d'identification », a précisé un porte-parole de la Garde civile d'Almeria.

Les victimes ont embarqué depuis le Maroc ou l’Algérie

Les migrants venant d'Algérie ou du Maroc, qui sont parfois originaires d'autres pays africains, sont de plus en plus nombreux à tenter de traverser la Méditerranée occidentale pour rejoindre l'Espagne.

Au total, 10'701 migrants sont arrivés sur les côtes du sud de l'Espagne, ainsi qu'aux Baléares, entre le 1er janvier et le 14 septembre, soit 1'680 de plus que sur la même période de l'an dernier, selon les derniers chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur.

D'après l'Organisation internationale pour les Migrations, au moins 238 migrants ont perdu la vie en Méditerranée occidentale depuis le début de l'année.

Au moins 1146 personnes sont mortes en mer depuis le début de l’année

La principale route maritime pour les migrants africains essayant de rallier l'Espagne reste toutefois celle des Canaries, un archipel situé au large des côtes atlantiques du Maroc. C'est aussi la route la plus dangereuse.

Selon les statistiques publiées en juillet dernier par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), au moins 1'146 personnes sont mortes en mer au cours du premier semestre 2021. En 2020, 513 avaient péri au cours de la même période, et c'est 674 harraga qui sont morts en 2019.