L'Algérie envisagerait de revoir ses relations économiques avec la France suite aux déclarations du président Emmanuel Macron, rapportées samedi 2 octobre par la presse. Cette décision, si elle venait d'être prise, risque d'avoir des conséquences non négligeables pour les deux pays, sachant que la France est considérée comme l'un des principaux partenaires commerciaux et économiques de l'Algérie.

Rien ne va plus entre Alger et Paris. Les propos tenus par Emmanuel Macron, jeudi dernier, lors d'une rencontre avec des descendants d’acteurs de la Guerre d’Algérie ont envenimé les relations déjà fragiles entre les deux pays. « Je ne parle pas de la société algérienne dans ses profondeurs, mais du système politico-militaire qui s’est construit sur cette rente mémorielle. On voit que le système algérien est fatigué, le Hirak l’a fragilisé », a affirmé notamment Emmanuel Macron.

Comme il fallait bien s'y attendre, Alger n'est pas restée de marbre face à de telles déclarations. Les autorités algériennes ont immédiatement rappelé l'ambassadeur de l'Algérie en France « pour consultations ».

La tension monte entre Alger et Paris

Dans la foulée, la présidence de la République a rendu public un communiqué à travers lequel elle a recadré le président français. « À la suite des propos non démentis que plusieurs sources françaises ont attribués nommément au Président de la République française, l’Algérie exprime son rejet catégorique de l’ingérence inadmissible dans ses affaires intérieures que constituent lesdits propos », peut-on lire dans le communiqué de la présidence algérienne.

À lire aussi :  Visites et gestes diplomatiques : L'Occident veut s'assurer les faveurs d'Alger

Et d’ajouter : « Les propos en question portent une atteinte intolérable à la mémoire des 5’630’000 valeureux martyrs qui ont sacrifié leurs vies dans leur résistance héroïque à l’invasion coloniale française ainsi que dans la glorieuse Révolution de libération nationale ».

Alger n'en est pas restée là. Dimanche 3 octobre 2021, elle a décidé de fermer son espace aérien aux avions militaires français. Par ailleurs, l'Algérie songe à revoir ses relations économiques avec la France dans les prochains jours. C'est ce qu'a affirmé ce dimanche « une source proche du dossier » au site Tout sur l'Algérie (TSA).

« Nous allons procéder à une évaluation minutieuse de nos relations économiques... »

« Nous allons procéder à une évaluation minutieuse de nos relations économiques et commerciales avec la France. Au terme de celle-ci, bien sûr nous nous réservons la possibilité de réorienter, en toute souveraineté, certains flux vers d’autres partenaires plus prévisibles, plus conséquents et  surtout plus soucieux de l’égalité souveraine des nations », a indiqué cette source à TSA.

Il est clair que cette décision, si elle venait de tomber, aura des conséquences non négligeables sur l'économie des deux pays. Cela dans la mesure où la France et l'Algérie ont toujours eu des intérêts communs dans le domaine.