L’Algérie aurait décidé de fermer son espace aérien aux avions militaires français, se dirigeant vers le Sahel, rapportent ce dimanche 3 octobre plusieurs sources. Cette décision des autorités algériennes intervient suite aux dernières déclarations « controversées » d’Emmanuel Macron sur l’Algérie.

Le site Russia Today a été le premier a révélé l’information ce dimanche 3 octobre avant que d’autres médias à l’image d’Al Jazeera et Le Figaro, ne rapportent également l’information.

Cette décision intervient suite aux propos tenus le 30 septembre dernier par le président français Emmanuel Macron sur l’Algérie. Des propos, rapportés le 2 octobre par le quotidien le Monde où le chef de l’Etat français s’en est pris violement aux dirigeants algériens.

D’ailleurs, l’Algérie n’a pas tardé à réagir. Après avoir rappelé son ambassadeur à Paris , Alger a rendu public un communiqué le 2 octobre à travers lequel elle a fustigé le locataire de l’Élysée.

La France n’a plus le droit de survoler le territoire algérien avec ses avions militaires

Selon des informations recueillies ce dimanche 3 octobre par Le Figaro à Alger et Paris, « la France n’a désormais plus le droit de survoler le territoire algérien avec ses avions militaires – ce qu’elle faisait dans le cadre de l’opération Barkhane pour rejoindre le nord du Mali ».

L’état-major des armées françaises a découvert la nouvelle dimanche matin, précise la même source. En déposant les plans de vol, les militaires se sont rendu compte que les autorisations de survol n’avaient pas été accordées par Alger.

 « Cela n’affecte ni le déroulé, ni la conduite des opérations » selon une source militaire française

Aucune notification officielle n’a cependant été reçue, indique-t-on. Quoi qu’il en soit, deux vols logistiques ont dû être reportés, ajoute la même source.

« Cela n’affecte ni le déroulé, ni la conduite des opérations » militaires, affirme au Figaro, le porte-parole de l’état-major, le colonel Pascal Ianni, « et à la marge le flux de soutien », ajoute-t-il. « Nous nous adaptons et nous n’avons aucune inquiétude sur les opérations », assure-t-il.

Quel impact sur la lutte contre le terrorisme au Sahel ?

Engagée au Sahel depuis 2023, l’armée française doit constamment composer avec l’Algérie notamment quand elle même des opérations au nord du Mali contre la filiale d’al-Qaïda au Sahel.

En revanche, “les actions contre l’État islamique au grand Sahara, dans la région des trois frontières entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso, sont indépendantes du renseignement algérien” précise encore la même sources.

Toutefois, selon de nombreux observateurs  la décision algérienne affectera grandement les opérations militaires françaises, et entraînera un ralentissement de la coopération militaire franco-algérienne dans les prochaines semaines.