L’équipe d’Algérie de football a étrillé son homologue du Niger (6-1) dans la soirée du 8 octobre au stade Mustapha-Tchaker de Blida pour le compte de la 3e journée des éliminatoires, zone Afrique, de la Coupe du Monde de la FIFA 2022, au Qatar.

Les Verts ont gagné grâce à un doublé de Mahrez, un autre doublé de Slimani et un but de Feghouli. Le 6e but a été inscrit par un défenseur nigérien contre son camp. Une large victoire qui permet aux Verts de garder la première place du Groupe A en compagnie du Burkina Faso, large vainqueur lui aussi face au Djibouti (4-0).

L’état de la pelouse du stade de Blida dans un piteux état

Toutefois, malgré cette victoire, le staff technique et les joueurs algériens ont été remontés à la fin du match contre l’état catastrophique de la pelouse du stade Mustapha-Tchaker de Blida. Une pelouse qui ressemble à « un champ de patates », et qui a gêné énormément l’évolution des camarades du capitaine Riyad Mahrez face à un adversaire qui n’est pourtant pas un foudre de guerre.

Islam Slimani : « C’est une catastrophe de trouver les pelouses dans cet état »

À la fin du match, Islam Slimani, tout heureux de son doublé qui lui permet de devenir meilleur buteur de l’histoire de la sélection nationale, n’a pas pour autant mâché ses mots, lorsqu’il a évoqué l’état de la pelouse du stade Mustapha-Tchaker. « Avec une pelouse dans un tel état, on donne plus de forces à nos adversaires. On vient une fois par mois pour représenter l’Algérie et on se retrouve à évoluer sur un terrain pareil. C’est une catastrophe de trouver les pelouses dans cet état. C’est grave », lance un Islam Slimani dépité en direct au micro de la télévision algérienne (EPTV).

Riyad Mahrez : « Je ne comprends pas comment un pays comme le nôtre peut avoir un terrain de la sorte »

Pour sa part, la capitaine des Verts Riyad Mahrez, auteur lui également d’un doublé contre le Niger, s’est montré très en colère quant à l’état de la pelouse du stade Mustapha Tchaker.  L’attaquant de Manchester City, n’a pas en effet, caché sa déception, lors de la conférence de presse de fin de match.

« Ce soir, le terrain est très abîmé. Il est presque injouable. Il y a du sable, je ne comprends pas comment un pays comme le nôtre puisse avoir un terrain de la sorte », lance Riyad Mahrez à l’adresse des journalistes.

Pour montrer encore plus sa déception, Riyad Mahrez est allée jusqu’à comparer la pelouse de Mustpaha Tchaker à celle du stade de Niamey, qui accueillera la manche retour, entre les deux équipes le 12 octobre prochain. « Je sais que la pelouse à Niger est meilleure qu’ici. C’est triste à dire, mais c’est une réalité. Il faut faire un gros effort pour nous donner des bons terrains », ajoute-t-il pour attirer l’attention des responsables du sport en Algérie.