Le ministère algérien des Transports a décidé, ce lundi 11 octobre, d’augmenter le nombre de vols internationaux de et vers l’Algérie, ainsi que le nombre de dessertes. Cette mesure a réjoui de nombreux Algériens, mais elle n’a pas manqué d’en décevoir d’autres.

Abonnez-vous à notre chaîne : http://bit.ly/youtub-obs

En effet, la dernière mise à jour de la liste des pays desservis et du nombre de vols internationaux a réjoui les ressortissants algériens établis en Grande-Bretagne qui n’ont plus besoin de passer par la France ou l’Espagne pour rentrer en Algérie. Deux vols par semaine ont été ouverts entre Alger et Londres.

L’on peut voir la même réjouissance chez les Algériens des Émirats arabes unis, concernés également par deux vols hebdomadaires. Ils vont enfin rentrer au pays pour voir leurs familles, après près de deux années d’absence, en raison de la fermeture des frontières en raison de la crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus.

Les Algériens du Canada attendent toujours des vols vers l’Algérie

Mais avec la nouvelle mise à jour du ministère des Transports, il y a aussi des mécontents. Et les plus déçus ce sont les Algériens du Canada, très nombreux à avoir espéré la réouverture de la liaison entre la ville de Montréal et l’aéroport international d’Alger. Ils doivent encore patienter, surtout que les liaisons entre le continent américain et l’Europe ne sont pas encore stabilisées, pour espérer des escales régulières.

Il faut préciser que les Algériens du Canada ne sont pas les seuls déçus. Ceux de nombreux pays attendent la relance des vols vers l’Algérie, à partir de leurs pays de résidence. Et ce, même si leur nombre est plus ou moins réduit dans ces pays. Mais, la diaspora algérienne en France s’estime aussi lésée, dans la mesure où elle espérait de nouveaux vols, particulièrement de et vers des villes français, en dehors de Paris. En effet, les 24 vols d’Air Algérie ne décollent vers la rive sud de la Méditerranée que de Paris et de Marseille.

Pour les Algériens installés en France, les autorités algériennes ne doivent pas oublier qu’ils sont très nombreux et qu’ils ont besoin de vols supplémentaires pour répondre à la forte demande de la communauté algérienne. Ce n’est pas par hasard si Air France et Transavia utilisent leurs gros porteurs long-courriers de 470 sièges pour leurs vols entre l’Algérie et la France.

Air Algérie ne dispose que des moyen-courriers de 262 sièges et est donc incapable de rivaliser avec les compagnies françaises. Mais une nouvelle hausse du nombre de vols entre l’Algérie et la France va certainement se répercuter sur le prix du billet qui reste encore excessivement cher.