Le directeur de la radio locale Cirta de Constantine, Mourad Boukerzaza, a été limogé, mardi 12 octobre, par le Directeur général de la Radio nationale, pour une chanson. Cette mesure a également touché la présentatrice du programme « Chansons de la belle époque ».

En effet, le désormais ex-patron de radio Cirta paie pour une chanson de l’artiste libanaise Fairuz « glorifiant » la religion chrétienne. Cette chanson a, semble-t-il, été diffusée samedi dernier, ce qui a aussitôt déclenché une enquête qui a abouti au limogeage du directeur et de la présentatrice.

En fait, les deux journalistes ne sont pas seuls à être sanctionnés par la Direction générale de la Radio nationale. La main lourde de Mohamed Baghali, le grand patron de la radio, est également tombé sur le réalisateur et le technicien de l’émission. Ces derniers devraient être traduits devant le Conseil de discipline.

Aussi, il importe de relever que l’enquête est toujours en cours pour mettre en lumière les tenants et les aboutissants de cette affaire. Pour la Direction générale de la Radio nationale, il s’agit de savoir si la diffusion de cette chanson de l’immense artiste libanaise était une « faute professionnelle ou plus que cela ». Histoire de savoir si c’est fait intentionnellement ou non et, dans le cas échéant, pour quel objectif.

Il est à noter que Mourad Boukerzaza est un journaliste de la radio de Constantine depuis environ 30 ans. Il a été nommé directeur de Cirta en avril 2020, avant qu’il ne soit limogé ce mois d’octobre pour la diffusion d’une chanson. Pour ce qui est de la présentatrice, elle est une retraitée de la même radio, réadmise pour une collaboration.