Le conflit au Sahara occidental, opposant le Front du Polisario à l'État marocain, n’arrive toujours pas à trouver d'issue en dépit des nombreuses tentatives de la communauté internationale, à sa tête l’Organisation des Nations Unies (ONU). Un conflit qui dure depuis près de 50 ans, et qui continue de susciter l’intérêt de nombreux États, à l'instar du dernier en date : Israël. Cet intérêt suscite de nombreuses interrogations, notamment en Algérie.

En effet, une compagnie pétrolière israélienne a récemment signé un contrat avec l'Office marocain des hydrocarbures et des mines (ONHYM) visant l'exploration pétrolière sur le territoire du Sahara occidental. Une information qui a fait la Une des médias internationaux non sans susciter de nombreuses interrogations concernant la légalité de ce contrat.

Israël veut s'impliquer dans le conflit au Sahara occidental

L'intérêt que montre Israël à la question du Sahara occidental a pris des dimensions politiques, avec cette sortie de David Govrin, récemment nommé ambassadeur d'Israël au Maroc. Ce derner annonce que l'État hébreu soutient des « négociations directes » entre les parties en conflit pour aboutir à une « solution pacifique ».

En effet, dans une interview accordée ce dimanche 24 octobre à l’agence espagnole EFE, le diplomate israélien a affirmé que « les relations bilatérales entre le Maroc et Israël reposent sur des liens historiques solides entre le peuple marocain et le peuple juif. Celles-ci sont fondées sur une éthique et des valeurs et une vision partagée dans les différents domaines ».

Israël soutient « les négociations directes » pour résoudre le conflit au Sahara occidental

Questionné sur la position d'Israël sur le conflit au Sahara Occidental, l’ambassadeur de Tel-Aviv à Rabat a répondu qu'« Israël, en tant qu'Etat démocratique, soutient toute résolution pacifique des conflits. Israël, en principe, soutient les négociations directes entre toutes les parties intéressées. L'important est de trouver une solution pacifique à tous les conflits ».

À lire aussi :  Visites et gestes diplomatiques : L'Occident veut s'assurer les faveurs d'Alger

Le soutient d’Israël à des négociations directes entre le Maroc et le Polisario pour la résolution du conflit au Sahara occidentale intrigue de nombreux observateurs de la question sahraouie, d’autant plus que l’ONU et de nombreux États ont toujours privilégiés la piste de négociations directes entre les deux parties en conflits.

C’est pour dire que cet appel Israélien ne sera certainement pas perçu par le Maroc comme un bon signe, d’autant plus que depuis le début du conflit entre le Maroc et le Polisario, l’État marocain a toujours considéré les territoires sahraouis comme une partie « intégrante » du Maroc.