L’affaire des bénévoles des Restos du Cœur refusant de servir les migrants et les sans-papiers dans la ville de Fréjus en France a fait l’objet d’une grande polémique. Les bénévoles de ce resto du cœur à Fréjus, qui assurent le service, ne veulent plus aider les clandestins, allant jusqu'à démissionner collectivement.

Une situation qui a créé un grand malaise chez les gestionnaires de ces structures d’aides aux étrangers et aux démunis, lancées en 1985 par le comédien et humoriste français Coluche. Devant l'ampleur du geste des bénévoles de ce resto de Fréjus, qui ont annoncé le 22 octobre leur démission collective. Mais les Restos du Cœur de Fréjus vont rouvrir… avec une nouvelle équipe.

Un bénévole des Restos du Cœur de Fréjus explique les raisons de sa démission

Dans une lettre transmise à la rédaction d'ObservAlgérie, une bénévole des Restos du Cœur de Fréjus a expliqué les raisons qui l'ont poussé elle, et de nombreux autres bénévoles, à démissionner. « Nous avons choisi de démissionner pour plusieurs raisons : la première étant une question de sécurité, il y a eu plusieurs incidents et non pas un seul… qui auraient pu dégénérer gravement. Nous avons installé des barrières pour canaliser les bénéficiaires, et maintenir les distances de sécurités, car le Covid a fait son apparition », affirme l’auteur de la lettre.

À lire aussi :  Air Algérie secouée par plusieurs affaires de corruption

Débordements et violence des migrants

Concernant les migrants, le bénévole démissionnaire explique que ces derniers « sont encadrés actuellement par des associations, ce que nous avons imposé pour éviter les débordements du départ. Il faut savoir que lorsque les migrants sont arrivés, ceux-ci étaient agressifs et menaçants pour la majorité ».

Inscrire pour gonfler les statistiques ?

L’autre raison invoquée par le bénévole est d’ordre administrative. « Nous ne comprenons pas pourquoi il faut refuser un bénéficiaire dépassant de 50 euros, et pourquoi nous devons accepter des sans-papiers alors que nous n'avons aucun contrôle sur leurs revenus, leurs identités… Nos consignes restos nous imposent de demander une pièce d'identité, les revenus, attestations CAF, loyer… Et là pour les sans-papiers, on ne demandera plus rien… incompréhensible pour nous », écrit encore l'auteur de la lettre.

« Nous avons donc proposé de ne plus inscrire et de faire des distributions comme en 1985, comme l'avait fait Coluche, mais c'est non pour les dirigeants des restos de Toulon, Paris. Et pourquoi ? Parce qu’inscrire nous fait faire des statistiques, et que ces statistiques produisent des aides de l'état, des subventions ! Et oui voilà le problème. Donc c'est un problème qui est au-dessus de nous. Nous avons été contraints de démissionner, car nous aimions aller aux restos du cœur, nous sommes tous avec un gros cœur et nous avons le cœur gros ! » conclut la bénévole démissionnaire.

À lire aussi :  France : Pourquoi la délivrance de titres de séjour tarde ?

Les Restos du Cœur de Fréjus rouvriront le 26 octobre, avec une nouvelle équipe

Toutefois, les services des Restos du Cœur de Fréjus vont à nouveau servir les migrants et autres sans-papiers étrangers. En effet, une réouverture des Restos du Cœur de Fréjus est prévue le mardi 26 octobre. « Une nouvelle équipe du Centre de Fréjus vous accueillera à partir du mardi 26 octobre : l’entrée se fera par le grand portail (Jardin). Port du masque obligatoire. Afin de ne pas gêner le voisinage, veuillez ne pas stationner devant l'immeuble », lit-on en effet dans un communiqué affiché sur les locaux de l’antenne locale des Restos du Cœur, à Fréjus.