Vol à moitié vide d'Air Algérie depuis Montréal. Les passagers ont-ils raison de s'insurger ?

Avion Air Algérie dans un aéroport au Canada

Des ressortissants algériens installés au Canada, plus précisément dans la province de Québec, ont dénoncé cette semaine la compagnie aérienne nationale Air Algérie. Cela, quelques jours à peine après l'élargissement des vols de la compagnie vers le Canada, atteignant ainsi 49 vols hebdomadaires de et vers 10 pays différents.

En effet, les Algériens présents, mercredi 27 octobre, à l'agence d'Air Algérie de la rue Sherbrooke étaient plutôt nombreux. Mais l'avion de la compagnie aérienne nationale qui a décollé de l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal était à moitié vide. Certains ressortissants algériens n'ont pas manqué de dénoncer cet état de fait, notamment sur les réseaux sociaux.

« Dans une période aussi tendue, l'avion d'Air Algérie décolle à moitié vide. Ils réfléchissent comment ceux-là ? », a dénoncé Mohamed sur son compte Facebook. De son côté, Amina n'a pas manqué de s'en prendre au transporteur aérien national, en insistant sur « la foule importante dans les locaux de l'agence d'Air Algérie de la rue Sherbrooke ».

Peu d'Algériens à l'embarquement depuis Montréal

En fait, le comptoir d'Air Algérie à l'aéroport de Montréal est le meilleur repère pour étudier la situation. Et l'embarquement des passagers algériens en partance vers Alger s'est déroulé dans de bonnes conditions. C'est dire qu'il n'y a aucune raison de lier la forte présence humaine à l'agence d'Air Algérie et le décollage à moitié vide de l'Airbus de la compagnie.

En réalité, la « foule importante » compte peut-être des Algériens venus se renseigner sur leur prochain vol et d'autres venus rembourser les billets non consommés, en raison de l'annulation des vols due à la crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus.

Mais cette dénonciation d'Air Algérie est un signe de l'exaspération des ressortissants algériens qui ont besoin de s'exprimer après une longue fermeture des frontières qui les a privés de tellement de choses. C'est un malaise qui peut s'expliquer aussi par les prix exorbitants des billets d'avion exercés par la compagnie nationale, mais aussi par les autres compagnies qui desservent les aéroports algériens.

Retour en haut
Share via
Copy link