Le continent africain va connaître un grand essor en matière d'aviation. Le constructeur américain Boeing le croit fermement et se prépare en conséquence, surtout qu'il a déjà un carnet de commandes bien rempli. Boeing ne pense pas que les difficultés du secteur aérien vont gêner l'évolution de la flotte africaine sur les deux prochaines décennies.

En effet, le constructeur américain estime à 3,6 % le taux de croissance de la flotte africaine sur les 20 prochaines années, rapporte le média Jeune Afrique. Soit un marché d'environ 400 milliards de dollars. Le rapport « Commercial Market Outlook » (CMO) de la même société croit aussi à cette évolution positive du secteur aérien en Afrique.

Vers une augmentation du trafic international en Afrique

« Le continent africain suit la même tendance de résilience et de reprise que la Chine, l’Europe ou encore les Amériques », a fait savoir un haut responsable de Boeing, chargé du marketing commercial pour le Moyen-Orient et l'Afrique. C'est dans ce sens que le géant américain de l'aviation prévoit une hausse du trafic international de 6,5 %. Un taux de croissance de 6,2 % entre la Chine et l'Afrique, 5,8 % entre le Moyen-Orient et l'Afrique et 3,7 % entre l'Europe et l'Afrique.

Même son de cloche du côté de son concurrent européen Airbus qui prévoyait un fort taux de croissance sur le continent africain, et ce, depuis la période antérieure à la pandémie de coronavirus. Airbus estimait que le trafic de passagers connaîtrait une hausse de 5,4 % par an sur deux décennies. En raison de la crise sanitaire, ce chiffre risque de changer, mais pas de façon drastique, puisque les vols ont repris et la demande est de plus en plus croissante ; ce qui mène vers une augmentation du trafic.

Selon les prévisions du constructeur aéronautique Boeing, un peu plus de 1000 nouveaux appareils devraient être livrés d'ici à 2040 par ses usines vers les compagnies aériennes africaines. Cela augmenterait la flotte africaine à 1560 appareils. Il est vrai que la flotte en question n'est rien devant celle des autres continents de la planète, mais en matière de croissance du trafic aérien, l'Afrique n'est pas mal classée.