Après presque 2 années de crise en raison de la pandémie de Covid-19, le secteur du transport aérien commence à retrouver le sourire un peu partout à travers le monde. De nombreux pays ont rouvert leurs frontières et les voyages internationaux reprennent progressivement. Des indices rassurants pour les usagers, qui auront ainsi à renouer avec les voyages, ainsi que pour les compagnies aériennes, qui doivent désormais renflouer leurs caisses.

Si la levée des restrictions sanitaires à travers plusieurs pays est considérée par les observateurs comme un signe annonciateur d'une reprise du trafic aérien international, cela ne veut pas dire pour autant que les voyageurs seront rassurés quant aux prix qu'ils devront débourser pour prendre l'avion. En effet, au moment où le trafic aérien commence à reprendre son envol, une donne vient perturber quelque peu les plans des compagnies aériennes. Il s'agit de la hausse sans cesse que connaît le prix du pétrole depuis le début de l'année en cours. Bien que cette hausse des prix du pétrole soit considéré par les spécialistes comme un « indicateur positif », il n'en demeure pas moins qu'elle « devra être répercutée dans les prix des billets » des compagnies aériennes, précisent les mêmes spécialistes.

À lire aussi :  L'aéroport de Montpellier fermé : Les vols vers l'Algérie perturbés ?

La hausse des prix du pétrole aura un impact sur les prix des billets d'avion

Un constat que fait d'ailleurs le directeur général de l'IATA (International Air Transport Association). « La hausse des prix du pétrole telle que nous la connaissons aujourd'hui est probablement un indicateur positif pour le secteur (de l'aérien) car elle reflète généralement une progression de la demande économique », a indiqué selon l'AFP Willie Walsh le 3 novembre lors d'une conférence de presse.

Le patron de l'IATA a toutefois tenu à préciser que « les compagnies aériennes ont subi d'énormes pertes au cours des derniers mois [et] il est donc impossible que ces compagnies aériennes puissent absorber cette augmentation : elle devra être répercutée sur les consommateurs et cela aura un impact sur les prix des billets ».

La déclaration du premier responsable de l'IATA va certainement doucher les espoirs des millions de voyageurs à travers les monde, notamment en Algérie, eux qui espèrent, au contraire voir les compagnies aériennes procéder à une réduction des prix des billets qui ont connu une hausse sensible à la suite de la pandémie de Covid-19.