La première traversée effectuée par le navire d'Algérie Ferries de Marseille vers Alger n'a pas été à la hauteur de l'événement, surtout après 20 mois de suspension des traversées en raison de la propagation du coronavirus. C'est ce que croit le député de l'émigration Tawfiq Khedim, représentant les ressortissants algériens de la France-Sud qui a fait le trajet à bord du Badji Mokhtar III.

En effet, dans une publication sur sa page Facebook, le parlementaire n'a pas hésité à afficher une longue série de critiques sur les conditions de voyage offertes aux passagers du car-ferry. À commencer par la persistance des problèmes au niveau de la réservation des billets. Des problèmes qui ont commencé depuis le jour de la réouverture des agences d'Algérie Ferries, le 18 octobre, notamment en France. D'ailleurs, ce jour-là, les députés de l'émigration et les médias ont tous mentionné une panne du système de réservations au niveau de certaines agences, particulièrement à Lyon, où les ressortissants algériens n'ont pas pu acheter leurs billets dans les temps.

Aussi, le député de Marseille a fait part des difficultés rencontrées par les personnes aux besoins spécifiques et les personnes âgées qui n'ont pas bénéficié d'une prise en charge particulière à leurs situations de handicap, dénonçant même une négligence. Tawfiq Khedim a également signalé les nombreuses queues que les voyageurs doivent faire dans toutes circonstances, au niveau du port, en embarquant, à la réception des chambres, devant le restaurant.

À lire aussi :  Le Portugal modifie sa loi pour faciliter l'immigration de travail

Anarchie à bord du Badji Mokhtar III

Selon le même député, des voyageurs se sont plaints de la perte d'objets à l'intérieur du navire et de l'anarchie qui a caractérisé l'accueil des voyageurs et la distribution des chambres. Tawfiq Khedim dénonce également l'arrêt des escaliers mécaniques et les ascenseurs utiles pour le déplacement avec les bagages ainsi que les difficultés rencontrées par les voyageurs avec les procédures douanières. Il dénonce la longue attente avant la sortie des voitures du garage du navire ainsi que la longue file de voitures avec les familles à bord, alors que la compagnie aurait pu activer la ligne verte pour fluidifier la circulation.

D'autres critiques ont été formulées par le député de Marseille et pour lesquelles il a contacté les responsables concernés, soit les dirigeants de la compagnie maritime nationale et ceux du ministère algérien des Transports. Tawfiq Khedim annoncera la rédaction d'un rapport global qui sera accompagné par un suivi de près dans le sens d'une amélioration des conditions de voyage des Algériens et de l'image de l'Algérie, par le biais des institutions qui représentent l'État algérien.