La présidence française s'est exprimée, ce mardi 9 novembre 2021, sur la crise diplomatique entre Alger et Paris qui dure depuis plusieurs semaines. Une crise qui a été provoquée notamment par le chef de l'État français Emmanuel Macron, qui a tenu des propos dans lesquels il a fustigé les dirigeants algériens. Ce mardi, l'Élysée affirme que Macron a regretté la polémique et les malentendus suscités par ses déclarations sur l'Algérie.

Lors d'une cérémonie organisée à l'honneur des descendants des Harkis algériens, tenue à l'Élysée le 30 septembre dernier, Emmanuel Macron a qualifié le système algérien de « politico-militaire ». Il s'est également interrogé sur l'existence de la nation algérienne avant la colonisation française en 1830. Cette sortie avait suscité la colère et l'indignation d'Alger. En guise de riposte, Les autorités algériennes ont rappelé leur ambassadeur en France « pour consultations », et ont fermé l'espace aérien algérien aux avions militaires français. Dans un communiqué rendu public quelques jours plus tard, Abdelmadjid Tebboune a tenu à répondre au président français.

Le chef de l'État algérien est revenu à la charge cette semaine en s'exprimant encore une fois sur cette situation de crise entre l'Algérie et la France. Dans un entretien accordé au magazine allemand Der Spiegel, le 25 octobre dernier, et paru le vendredi 5 novembre, Tebboune a critiqué les propos de son homologue français, qu'il a qualifiés de graves. « On ne touche pas à l'histoire d'un peuple, on n'humilie pas les Algériens », a déclaré le chef de l'État algérien. « Macron a blessé la dignité des Algériens », a-t-il encore dit.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

« Emmanuel Macron a le plus grand respect pour la nation algérienne »

Ce mardi 9 novembre, les autorités françaises ont tenté de calmer le jeu. Dans un brief de presse consacré à la conférence sur la Libye, organisée vendredi à Paris, l'Elysée a affirmé que Emmanuel Macron « regrette ces malentendus ». « Le président de la République regrette les polémiques et les malentendus engendrés par les propos rapportés », a indiqué en effet l'Elysée. « Le président Emmanuel Macron a le plus grand respect pour la nation algérienne, pour son histoire et pour la souveraineté de l'Algérie », a souligné la présidence française. Le chef de l'Etat français souhaite aujourd'hui bâtir des relations bilatérales « au bénéfice des populations algérienne et française, mais également pour répondre aux grands défis régionaux, à commencer par la Libye », ajoute la même source.