La décision prise par le gouvernement français, à la fin du mois de septembre dernier, de réduire le nombre de visas accordés aux ressortissants des pays du Maghreb, nomment pour les Algériens et les Marocains, semble déjà entrer en vigueur.

S’exprimant ce mercredi 10 novembre sur Europe 1, le ministre de l’Intérieur français Gérald Darmanin est revenu sur la question de la réduction du nombre de visas accordés aux ressortissants des trois pays du Maghreb, ainsi que sur celle relative aux expulsions des migrants sans-papiers depuis la France vers leurs pays d’origine.

À propos des visas, le ministre de l’Intérieur a confirmé l’entrée en vigueur de la décision prise par son gouvernement à propos de la réduction de 50 % des visas accordés aux ressortissants algériens. D’ailleurs, Gérald Darmanin a appuyé ses propos par des chiffres, en dévoilant le nombre de visas acceptés et refusés aux Algériens par la France depuis le début de l'année 2021.

50 % des demandes de visas refusées pour les Algériens depuis le mois de septembre

« Si je prends l'exemple de l'Algérie, il y a eu 23'341 visas acceptés sur les huit premiers mois de l'année, et 10'828 refusés (31 % de refus). Si je prends l'Algérie depuis la décision de septembre-octobre, cela fait 12'609 visas acceptés et 11'867 refusés, soit moitié-moitié », précise-t-il. « Tous ces chiffres sont presque similaires pour le Maroc et un peu moins élevés pour la Tunisie », ajoute-t-il.

Le ministre de l’Intérieur a également expliqué que les visas acceptés par la France pour les ressortissants algériens depuis le début de l’année en cours  concernent « des personnes qui ont un lien économique, des chefs d'entreprise, des investisseurs, des cadres qui viennent sur le territoire ». Une remarque pour rappeler les propos du président français Emmanuel Macron lorsqu’il avait affirmé que la décision de réduire les visas ne concerne pas certaines catégories sociales, mais ciblera surtout « le milieu dirigeant » en Algérie.