Dix ans aprĂšs avoir Ă©tĂ© chassĂ© du pouvoir en Libye avec l'assassinat, le 20 octobre 2011, du colonel Mouammar Kadhafi, le clan du dĂ©funt « guide de la rĂ©volution libyenne » tente un retour sur le devant de la scĂšne. Ce clan, sorti par par la fenĂȘtre, veut revenir par la porte.

SaĂŻf al-Islam Kadhafi, l'un des fils les plus influent du colonel Mouammar Kadhafi pendant son rĂšgne, se prĂ©sente aux Ă©lections prĂ©sidentielles en Libye. Cette candidature, soutenue par les nostalgiques des annĂ©es du Guide malgrĂ© la nature autocratique de l'ancien rĂ©gime libyen, est devenue une rĂ©alitĂ© le 14 novembre. Le fils de Mouammar Kadhafi a officiellement dĂ©posĂ© son dossier de candidature dans la ville  de Sebha. Il lui a Ă©galement Ă©tĂ© dĂ©livrĂ© sa carte d’électeur.

CapturĂ© en novembre 2011 par un groupe armĂ© Ă  Zenten, au sud-ouest de Tripoli, puis condamnĂ© Ă  mort en 2015 Ă  l'issue d'un procĂšs qualifiĂ© d'expĂ©ditif et recherchĂ© par la Cour pĂ©nale internationale (CPI) pour des accusations de crimes contre l'humanitĂ©, SaĂŻf al-Islam est longtemps restĂ© invisible, mĂȘme aprĂšs l’annonce de sa libĂ©ration en 2017. Avec cette annonce de candidature, il revient au devant de la scĂšne politique libyenne ; un pays ou rĂšgne l'instabilitĂ© politique depuis le soulĂšvement populaire contre l'ancien guide.

Ainsi, SaĂŻf al-Islam veut peser de tout son poids et de l'hĂ©ritage politique de son pĂšre sur le scrutin prĂ©vu en dĂ©cembre. Une Ă©lection cruciale pour sortir la Libye du chaos. Selon la commission Ă©lectorale chargĂ©e des dossiers de candidature, SaĂŻf al-Islam a « soumis les documents de sa candidature au bureau de la HNEC Ă  Sebha (Sud), complĂ©tant ainsi toutes les conditions juridiques requises par la loi n°1 relative Ă  l'Ă©lection du chef de l'État, adoptĂ©e par le Parlement ». ÂgĂ© de 49 ans, le fils de dĂ©funt colonel compte ainsi reconquĂ©rir un pays perdu par son pĂšre aprĂšs une rĂ©volte violente.