C’est une mesure pour le moins surprenante que celle que vient de prendre le Conseil municipal d’une mairie française. En plein débat sur l’immigration et l’insécurité, le maire de Poissy dans les Yvelines a annoncé l’instauration d’une caution financière avant la célébration de chaque mariage au niveau de sa municipalité. Une mesure inédite, que le maire justifie par son souci de « mettre fin aux débordements lors de mariages célébrés à l’hôtel de ville ». Pour de nombreux observateurs, cette mesure serait plutôt destinée aux ressortissants étrangers, notamment les familles maghrébines.

Déjà durant l’été dernier, une grande polémique est née en France à propos de la célébration des cérémonies de mariage au niveau des mairies par de nombreuses familles maghrébines. Un débat enclenché par de nombreux élus qui voulaient « réglementer » les cérémonies de mariages des étrangers en France, notamment pour les Maghrébins.

Le maire de Béziers a décidé d’interdire les drapeaux maghrébins et les youyous, dans les cérémonies de mariages  en France

Robert Ménard, maire de Béziers et proche du Rassemblement National (RN), a, en effet, déclaré le 1er juillet que « la célébration officielle des mariages pour les citoyens d’origine maghrébine » au sein de sa mairie se fera « sans l’exhibition des drapeaux » des pays du Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc). Plus encore, le maire de l’extrême droite est allé jusqu'à interdire les youyous lors des cérémonies de mariages.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

La députée LR Annie Genevard a pris la parole, le 30 juin dernier, afin de parler du cas problématique de « certaines familles, françaises ou non, d’origine étrangère » qui, « au moment des mariages, parfois dans la salle des mariages, dans l’Hôtel de Ville, sur la place de l’Hôtel de Ville, brandissent des drapeaux étrangers ou manifestent par des danses, des spectacles, les traditions qui sont les leurs ». « Moi, je pense que lorsqu’on est marié dans une mairie française, dans un bâtiment public qui est vraiment l’emblème de la République, il faut se plier aux codes », a-t-elle poursuivi.

Et le débat sur les « incidents » et « débordements » occasionnés par les cérémonies de mariage ne semble pas finir avec cette nouvelle sortie du maire de Poissy, Karl Olive. Élu sur une liste de la droite, le premier magistrat de cette commune des Yvelines a pris une décision encore plus ferme concernant la « réglementions » des cérémonies de mariages au niveau de sa mairie.

Le maire de Poissy exige une caution de 1000 euros pour les futurs mariés

En effet, à partir du 1er décembre 2021, une caution de 1000 euros sera désormais demandée aux futurs époux, avec une présence maximum de 50 adultes lors des cérémonies de mariages célébrés dans l’Hôtel de Ville de la mairie Poissy, rapportent  plusieurs médias français. Deux policiers municipaux équipés de caméras portatives seront chargés d’assurer la sécurité lors de chaque cérémonie, ajoute-t-on.

À lire aussi :  Classement de Shanghai 2022 : Les universités d'Afrique du Nord absentes

« Entre 2014 et 2020, on a eu cinq mariages qui se sont mal passés, mais depuis septembre, ça fait déjà trois, et les problèmes se sont densifiés : alors que les désordres se concentraient sur la voie publique, maintenant ils s’invitent à l’intérieur de l’hôtel de ville », affirme le maire de Poissy Karl Olive, le 14 novembre, dans les colonnes du Figaro comme pour justifier cette nouvelle mesure.

Pourtant une charte des mariages qui définit les conditions de déroulement de la cérémonie, qui doit être signée par les futurs époux, existe déjà. Une charte qui serait insuffisante selon les promoteurs de la nouvelle mesure au sein de la mairie de Poissy. « Certains comportements, liés aux cortèges d’invités, prennent des proportions inquiétantes, remarque Karl Olive. Mes élus et mes agents ressentent un malaise grandissant et observent une augmentation d’agissements agressifs et irrespectueux : non-respect des règles de sécurité, retards importants, bruit excessif… », lit-on dans la délibération de la mairie de Poissy concernant cette nouvelle mesure.