Considéré comme l'un des rares pays au monde à avoir laissé ses frontières ouvertes aux voyageurs étrangers sans grandes restrictions en pleine pandémie de Covid-19, l'Angleterre a décidé de durcir les mesures d'entrée sur son territoire pour faire face à la propagation du nouveau variant Omicron. Un nouveau variant que les autorités sanitaires britanniques ont confirmé avoir découvert le 27 novembre dans le pays.

Confronté à ces deux cas confirmés du variant Omicron, les autorités britanniques ont décidé de mettre en place de nouvelles mesures pour les voyageurs étrangers qui se rendent dans le pays. En effet, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé, le samedi 27 novembre, que son gouvernement a décidé de durcir les mesures d’entrée au Royaume-Uni afin de ralentir la propagation du variant Omicron du Covid-19.

Test PCR, isolement : Nouvelles restrictions pour les voyageurs vers l'Angleterre

« En raison de ce nouveau variant,  nous devons maintenant aller plus loin et mettre en place un nouveau régime de tests », a déclaré le Premier ministre britannique lors d'une conférence de presse. « Nous demanderons à toute personne entrant au Royaume-Uni de passer un test PCR  deux jours après son arrivée et de s'isoler jusqu'à ce qu'elle ait le résultat », précise-t-il.

À lire aussi :  Remboursement des billets d'avion : des clients d'Air Algérie attendent toujours

Une mesure restrictive pour de nombreux voyageurs étrangers, dont les Algériens, sachant que jusqu’alors, seul un test antigénique était demandé 2 jours après l'arrivée des voyageurs en Grande Bretagne et aucun isolement n'était requis. Boris Johnson a également annoncé « le retour du masque obligatoire dans les magasins ».

D’autre part, les autorités britanniques ont décidé de placer dix pays africains sur une liste rouge avec lesquels les voyages sont suspendus. Il s’agit de : l’Afrique du sud, Namibie, Lesotho, Eswatini, Zimbabwe et Botswana, Malawi, Mozambique, Zambie et Angola. Seuls les résidents britanniques en provenance de ces pays seront acceptés. Les personnes qui en sont arrivées au cours des dix derniers jours doivent s’isoler et subir un test PCR.