Alors que le scandale d'espionnage Pegasus n'a pas encore livré tous ses secrets, une nouvelle affaire d'espionnage marocain en France éclate. En effet, le journal français Le Point révèle qu'un espion du Maroc a été chargé d'infiltrer le Conseil français du culte musulman.

L'espion marocain a cherché à exercer une emprise sur l'islam de France

Ainsi, selon Le Point [archive], un Marocain du nom de Mohamed B., dont les services français ont eu du mal à trouver une photographie, a infiltré le Conseil français de culte musulman. Cet agent est poursuivi pour corruption d'agents publics en France et est répertorié dans le cercle des renseignements par la fiche « S03 » (recherche de renseignements sans attirer l'attention). Les renseignements français le désignent comme un agent des services secrets marocains et il est aussi soupçonné d'avoir cherché à exercer une emprise sur l'islam de France.

Cette affaire avait déjà été révélée par le monde en 2019. À l’époque, un renseignement anonyme est parvenu à l'IGPN selon lequel deux membres de la Police aux frontières fournissent des fichiers de police à une force étrangère, en contrepartie d'espèces et de voyages tous frais payés.

L’enquête a révélé que c'est Mohamed B. qui est derrière cette affaire. C'est à lui que le fonctionnaire a pris l'habitude de remettre les fiches S par l'intermédiaire d'un autre agent. Après trois ans de procédure, trois personnes – dont Mohamed B. – ont tous été renvoyés devant le tribunal correctionnel pour un procès qui n'a pas encore eu lieu.

Mohamed B. derrière de grands projets du Conseil français du culte musulman

Il faut dire que selon plusieurs sources françaises, Mohamed B. est plus qu'un simple agent. Ces sources affirment que l'homme est en réalité un rouage essentiel de la Direction générale des études et de la documentation (DGED), service de contre-espionnage marocain, équivalent de la DGSE française. Il aurait eu pour mission d'accroître le contrôle du royaume chérifien sur la pratique de l'islam en Europe.

Accroitre l'influence marocaine sur l'islam de France pour réduire celle de l'Algérie

L'agent marocain est connu pour avoir activé notamment en Espagne et il est soupçonné d'avoir été, des années durant, l'agent traitant du président du Conseil français du culte musulman (CFCM), le Franco-Marocain Mohammed Moussaoui.

Mohamed B. serait ainsi derrière tous les grands projets de ces dernières années pour asseoir l'influence du Maroc sur de nombreuses mosquées françaises et contrer ainsi les intérêts du rival algérien, n'hésitant pas à faire pression sur tel ou tel représentant du culte local pour permettre l'ascension de son poulain, Mohammed Moussaoui.