Alors qu'Israël a ouvert sa première représentation diplomatique en Afrique en 1957, au Ghana, ses relations avec le continent n'ont jamais été bonnes. En raison de la guerre menée contre les Palestiniens, les pays africains ont de tout temps exprimé leur soutient à la cause palestinien et leurs rejets d'Israël. Cependant, les choses commencent à changer, depuis une dizaine d'années. En effet, sous l'impulsion  de son ancien Premier ministre Benyamin Netanyahou, Israël a mené une véritable offensive diplomatique sur l'Afrique. Une offensive qui ne cesse de s'accentuer.

Ainsi, après la normalisation de ses relations avec plusieurs pays africains, Israël compte même intégrer l'Union africaine, même si plusieurs pays s'y opposent. Israël envisage donc de reprendre une position qu'il a perdue. Il comptait dans les années 1960 jusqu’à 33 ambassades. Le pays avait même siégé en tant qu’observateur à l’Organisation de l’unité africaine (OUA), l’ancêtre de l’UA.

Cependant, le travail de certains pays hostiles à la politique d'« Apartheid » appliquée par Israël sur le territoire palestinien occupé a porté ses fruits. Israël a été éjecté de l'Union africaine et le nombre de ses représentations diplomatiques a été réduit.

Depuis la signature des accords d'Oslo et la création de l'autorité palestinienne, Israël semble être devenu « fréquentable ». Le pays a également multiplié ses efforts diplomatiques dans le continent, notamment pendant la dernière décennie. En effet, grâce à la nouvelle vision de Benyamin Netanyahou, Israël est devenu plus visible en Afrique.

À lire aussi :  Relations franco-algériennes : L'association France-Algérie plaide pour un nouveau départ en 2022

Ainsi, après la Guinée, le Rwanda et le Tchad, Israël s'est tourné vers les pays musulmans. Dans cette offensive diplomatique, il a renoué et normalisé ses relations avec le Soudan et également le Maroc.

Israël est maintenant présent dans 47 pays africains, notamment les pays subsahariens. Cependant, malgré ces victoires, Israël compte toujours des ennemis de taille en Afrique. Des ennemis qui restent au travers de la gorge de la diplomatie israélienne. L’Afrique du Sud et l’Algérie, qui représentent encore cet axe hostile à Israël, ne sont pas prêtes à une normalisation. Elles sont l'obstacle ultime pour l’intégration d’Israël comme pays observateur de l'Union africaine.

Il faut souligner également que la normalisation avec certains pays africains n'a pas été bien accueillie par leurs populations ni par leurs voisins. C'est le cas au Soudan et encore plus au Maroc où cette normalisation a compliqué les relations avec l’Algérie et a également soulevé une partie de la population.