Le Maroc a fermé ses frontières à la fin du mois de novembre 2021 dans le but de faire face au variant Omicron, apparu avec la caractéristique de forte contagiosité. Si tout le monde a mis en exergue la radicalité de cette mesure, elle n'est finalement pas applicable à tous les Marocains, certains militants dénonçant une rupture de l’égalité de tous les citoyens devant la loi.

En effet, selon le média marocain Bladi.net, des vols privés opéreraient secrètement depuis l'Europe. Ce sont des jets privés qui transportent des passagers depuis plusieurs villes européennes. Selon la même source, les passagers de ces avions privés ne subissent pas de contrôle sanitaire, notamment la mise en quarantaine de 7 jours en cas de suspicion de contamination.

Maroc : Environ 19 000 euros pour un vol privé

En fait, les passagers louent les appareils privés et se débrouillent pour avoir les autorisations nécessaires au ministère marocain des Affaires étrangères. Ils devraient cependant présenter les passeports de tous les passagers, au moins trois jours avant la date du vol. Ils paient, à ce titre, 200 000 dirhams marocains, soit environ 19 000 euros. Il faut dire que l'absence de contrôle sanitaire à l'arrivée pourrait s'expliquer par l'exigence « préalable » d'un schéma vaccinal à jour à présenter avant le vol pour obtenir le permis de voyage.

À lire aussi :  Vols France-Algérie : Tassili Airlines lance une offre exclusive

Cependant, cette information ne fait pas que des heureux. Le média marocain a fait parler un membre d'une organisation des droits de l'Homme, ayant requis l'anonymat, qui a dénoncé ces vols secrets. Pour lui, ces vols sont tout simplement une violation de la décision souveraine de suspension des vols. Il considère même que les autorisations accordées par le ministère marocain des Affaires étrangères sont contraires à la légalité.

Rupture de l'égalité des Marocains devant la loi

L'interlocuteur de Bladi.net pose aussi un problème d'égalité entre les citoyens du royaume chérifien. Il pense que la délivrance de ces autorisations de vol crée une rupture de l'égalité des citoyens devant la loi. Puisqu'ils ne sont pas ouverts à tous les Marocains, ces vols privés sont discriminatoires, considère-t-il. Citant le calvaire des Marocains bloqués en Europe qui veulent rentrer ou ceux désirant s'y rendre, notamment pour des raisons médicales.

Pour rappel, afin de faire face au variant Omicron, les autorités marocaines ont fermé les frontières fin novembre, pour 15 jours. Les compagnies aériennes et les intervenants dans le tourisme ont été déroutés par cette mesure jugée trop radicale. Mais cela n'a pas empêché le Maroc de prolonger la mesure jusqu'au 31 janvier 2022, faisant fi des fêtes de fin d'année, qui auraient pu renflouer les caisses des compagnies aériennes, les hôtels, les agences de voyage et autres commerces. Mais, il semble que le Maroc se dirige vers la réouverture de ses frontières dès le 1er février, et ce, après un avis favorable émis par le comité scientifique du royaume.