Le débat sur le port du hidjab lors des manifestations sportives est relancé en France. Ce jeudi 10 février 2022, c'est la ministre déléguée à l'Égalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, qui s'en est mêlée. En effet, la ministre a défendu la cause des Hidjabeuses.

Sur le terrain, les « Hijabeuses » multiplient les actions pour plaider cette même cause. Parallèlement, certains cercles font tout pour interdire le port du voile islamique lors des compétitions sportives. C'est dire que c'est une véritable bataille qui est livrée actuellement en France sur cette question.

Le 26 janvier dernier, des dizaines de femmes voilées, regroupées autour de ce collectif, ont observé un sit-in devant le Sénat français pour réclamer leur droit de pratiquer le sport avec le hijab. Cette action a été organisée en guise de protestation à la suite du vote, le 18 janvier par le Sénat français, d'une loi interdisant le port de signes religieux ostensibles dans le sport. En plus d'un sit-in, les manifestantes ont également organisé une partie de football dans la cour du Sénat. Les Hidjabeuses avaient également initié une autre manifestation devant l'Assemblée nationale. Prévue pour mercredi 9 février, l'action a cependant été interdite.

Morano affirme que la loi permet de porter le voile lors des manifestations sportives

Jeudi 10 février, la ministre déléguée à l'Égalité femmes-hommes, Elisabeth Moreno, s'est invitée au débat. La ministre s'est même clairement alignée du côté des Hidjabeuses. « La loi dit que ces jeunes filles peuvent porter le voile et jouer au foot. Sur les terrains de foot aujourd'hui, il n'est pas interdit de porter le voile. Je veux qu'on respecte la loi », a déclaré en effet la ministre.

À lire aussi :  Agression de Salman Rushdie : Ce que l'on sait et son état de santé

Et d'ajouter : « si elles veulent jouer au foot en étant voilée, en quoi c'est impossible ? Très souvent, les filles ont l'impossibilité de sortir de chez elles pour faire des choses, la fameuse assignation à résidence ». Sans préciser de quelle assignation à résidence elle parle, Elisabeth Moreno affirme soutenir « la possibilité pour les filles de faire du sport ».