L'économie mondiale est lourdement impactée par le conflit armé entre la Russie et l'Ukraine. Elle est aux prises avec une poussée inflationniste qui remet en cause sa relative dynamisation à la suite du recul de la pandémie de Covid-19. Les institutions financières mondiales ont alerté sur les dangers de cette inflation, notamment sur les pays en difficulté économique. C'est dans ce contexte que le Fonds monétaire international avertit sur les répercussions négatives de ce conflit armé.

« Les services du FMI ont informé le conseil d'administration sur les répercussions économiques de la guerre en Ukraine et sur la possibilité d'accélérer l'assistance financière aux pays affectés », peut-on lire dans le communiqué de l'instance monétaire.

Le FMI indique que « si la situation reste très imprévisible et les perspectives extrêmement incertaines, le conflit a d'ores et déjà des conséquences économiques très graves ». Il explique que « les prix de l'énergie et des produits de base (dont le blé et d'autres céréales) ont bondi, aggravant les pressions inflationnistes résultant des perturbations des chaînes d'approvisionnement et du regain d'activité après le repli dû à la pandémie de Covid-19 ».

Les prix soumis à une forte pression à la hausse

Le Fonds Monétaire international affirme que « les effets de ces chocs sur les prix se feront sentir dans le monde entier, en particulier sur les ménages pauvres, car la nourriture et les combustibles représentent une part plus élevée de leurs dépenses. Si le conflit venait à s'intensifier, les préjudices économiques deviendraient encore plus dévastateurs. Les sanctions infligées à la Russie auront elles aussi des effets non négligeables sur l'économie mondiale et les marchés financiers internationaux et entraîneront de sérieuses répercussions sur la situation d'autres pays ». Le FMI explique que « dans beaucoup de pays, cette crise se traduit par des chocs défavorables sur l'inflation comme sur l'activité, alors même que les prix sont déjà soumis à de fortes pressions à la hausse ».

L'instance monétaire préconise aux autorités monétaires de « surveiller attentivement la manière dont la hausse des prix internationaux va alimenter l'inflation intérieure, afin de pouvoir correctement doser les mesures qu'elles prendront pour y faire face. La politique budgétaire devra porter appui aux ménages les plus fragiles en s'efforçant de contrer la hausse du coût de la vie ».

Le FMI souligne que « cette crise va contraindre les pouvoirs publics à réaliser des arbitrages délicats, ce qui va encore compliquer leur action au moment où l'économie mondiale se remet de la crise provoquée par la pandémie ».

Le FMI commente les sanctions économiques prises à l'encontre de la Russie

Par ailleurs, concernant les sanctions prises à l'encontre de la Russie, le FMI explique qu'elles « restreindront fortement [l'accès de la Russie] aux réserves de change à l'appui de son système monétaire et financier. Les sanctions internationales frappant le système bancaire russe et l'exclusion d'un certain nombre de banques russes du système SWIFT ont nettement réduit la capacité de la Russie à se faire payer ses exportations, à payer ses importations et à prendre part à des transactions financières internationales. S'il est encore trop tôt pour entrevoir tous les effets de ces sanctions, on constate déjà une forte correction à la baisse des prix des actifs et du cours du rouble ».

Le FMI prévoit donc que « les pays étroitement liés économiquement à l'Ukraine et à la Russie courent des risques élevés de pénurie et de perturbation de leurs approvisionnements, et sont les premiers concernés par l'afflux croissant de réfugiés ». Il explique que « la guerre en cours et les sanctions qu'elle suscite auront également des effets majeurs sur l'économie mondiale. Le FMI conseillera ses pays membres sur la manière de doser leurs politiques macroéconomiques pour faire face aux retombées du conflit sur leurs échanges commerciaux, sur les prix des denrées alimentaires et d'autres produits de base, et sur les marchés financiers ».