Ouverture d'un carré musulman au cimetière de Saint-Denis

La communauté musulmane de Saint-Denis, l'une des plus importantes en France, aura enfin son carré au niveau du cimetière de la localité. La municipalité de Saint-Denis a annoncé la création du « carré no. 39 » réservé aux musulmans au niveau du cimetière communal.

Bonne nouvelle pour les musulmans de Saint-Denis en France ; à partir du 1er avril prochain, les résidents de la commune qui veulent enterrer leurs morts selon les préceptes de l’Islam peuvent désormais le faire au niveau du cimetière communal de Saint-Denis. Un nouveau carré de 170 emplacements dédié aux musulmans a été réalisé par la municipalité, annonce le maire de Saint-Denis, ce jeudi 24 mars au journal Le Parisien.

L'ouverture de ce carré musulman est devenue possible à la suite de la reprise – l’année dernière – de la vente des concessions au niveau du cimetière de Saint-Denis. « Quand on a décidé de rouvrir la vente des concessions l'an dernier, il nous est apparu logique d'avoir une approche égalitaire par rapport à l’ensemble des confessions, surtout dans notre territoire qui a une population de religion musulmane très importante », indique au Parisien le maire Mathieu Hanotin (PS).

Société France : Peut-on toucher le RSA en vivant à l'étranger ?

Soulagement chez la communauté musulmane de Saint-Denis

Tout en affirmant que la réalisation de ce carré musulman est « un devoir de la République pour tous ses concitoyens », le maire de Saint-Denis explique aussi cette décision par la forte demande enregistrée sur les carrés musulmans depuis l’apparition de la pandémie de covid-19. Selon le maire, la pandémie a engendré « une forte surmortalité » sur le territoire de Saint-Denis. « Cela a occasionné une pression supplémentaire sur les cimetières et à fortiori sur les carrés musulmans car les rapatriements [vers l'Algérie] ont longtemps été impossibles », explique Mathieux Hanotin.

L’annonce de l’ouverture d’un carré musulman au cimetière de Saint-Denis a été accueillie avec joie par les musulmans de la commune. « C’est une très bonne chose, car il y a une pression importante sur les carrés musulmans, depuis plusieurs années dans le département et la région, qui se remplissent rapidement, qui sont plein », indique Abdelakim Kerboua, le président de l'association qui gère la mosquée Tawhid. Il a tenu aussi à rappeler « le casse-tête des familles pour rapatrier les anciens » en Afrique du Nord depuis deux ans, avec « les fermetures des frontières et le nombre réduit de vols ».


Vous aimez cet article ? Partagez !