À quelques jours de l'élection présidentielle en France, le Rassemblement national, parti de Marine Le Pen, annonce qu'il interdirait l'abattage rituel des animaux. C'est ce qu'a affirmé Jordan Bardella, président par intérim du parti, ce dimanche 27 mars au micro du Grand Jury sur RTL.

Ainsi, le parti de Marine Le Pen veut séduire les défenseurs de la cause animale. C'est sous cette couverture que le parti de l'extrême droite veut interdire l'abattage halal et casher en France. « L'abattage rituel, sans étourdissement, me choque. Les images d'abattoir me choquent et je ne veux pas de ça en France », a affirmé Jordan Bardella.

L'animateur de l'émission a fait remarquer au représentant de Marine Le Pen que cette annonce signifie que les personnes de confession juive ou musulmane ne pourront pas pratiquer leur religion, faisant craindre une remise en cause du principe de laïcité. À quoi Bardella a répondu que « les gens exerceront leur culte dans leur intimité », en ajoutant que « les radicaux ont gagné » et « il faut s'attaquer aux manifestations de l'islam politique ».

Par cette déclaration, Bardella enfonce les amalgames. Il considère que l'abattage rituel des animaux est une manifestation de l'islam politique ; le parti de Marine Le Pen rejoint ainsi les propositions de Yannick Jadot, candidat des Verts, qui s'est dit pour l'interdiction de l'abattage rituel, jugeant qu'« aucune tradition ne justifie de faire souffrir les animaux ». Avant d'essayer de nuancer après la polémique qui a suivi son intervention en assurant : « Pas de malentendu sur l'abattage rituel. Chaque religion peut avoir ses traditions, mais personne ne peut s'affranchir des règles du bien-être animal, en particulier de l'étourdissement ».

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Il faut dire que depuis quelques jours, Marine Le Pen essaye de séduire les défenseurs de la cause animale ; allant jusqu'à se targuer de sa proximité avec Brigitte Bardot. La candidate à l'élection présidentielle promet : « Moi, je fais beaucoup pour la protection animale. J’intègre cela dans la Constitution, je crée un statut pour l’animal, car, aujourd’hui, l'animal n'a pas de statut, il est un meuble même s’il est considéré comme un être sensible. […] Je crois qu’il faut qu’il ait un statut juridique précis ».

L'Aïd al-Adha compromis en France ?

Rappelons qu'à l'approche de l'Aïd al-Adha, jours de grande fête chez les musulmans, les sites d'abattage halal sont très recherchés en France. En effet, lors de cette fête du sacrifice, les musulmans égorgent traditionnellement un mouton en offrande. L'Aïd al-Adha de cette année 2022 aura lieu vers le 10 juillet.

Ce rendez-vous important pourrait bien être compromis pour une grande partie de la diaspora algérienne, qui serait – si l'abattage rituel est interdit en France – obligée de rentrer en Algérie pour célébrer cette fête au bled ou simplement de recourir à des méthodes moins légales pour réaliser ce sacrifice rituel. D'autant que les sites d'abattage halal en France sont déjà limités et réglementés.