La polémique sur le match Algérie-Cameroun est repartie de plus belle. Suite aux déclarations du sélectionneur algérien Djamel Belmadi dimanche, dans lesquelles il a  tiré à boulets rouges sur l’arbitre du match tout en affirmant que « ce n’est pas la meilleure équipe qui a gagné » ont fait réagir, ce lundi 25 avril, la Fédération camerounaise de football  (Fecafoot).

Dans un communiqué publié sur son site officiel et signé par son président Samuel Eto’o, la Fecafoot a répliqué aux propos du sélectionneur algérien Djamel Belmadi tout en menaçant de saisir  la commission d’éthique de la FIFA.  La Fecafoot «fait part de sa vive préoccupation» suite aux propos de Djamel Belmadi, tenus dimanche dernier lors d’une interview à FAF TV, lit-on dans le communiqué de l’instance footballistique camerounaise.

Le sélectionneur Djamel Belmadi a déclaré dimanche qu'il avait « crié depuis trois ans à l'injustice de l'arbitrage africain », mais cela « n'a pas été pris au sérieux, malheureusement » a-t-il indiqué dans son entretien au site officiel de la FAF. « Nous sommes encore très loin de l'arbitrage mondial et je dirais même que nous sommes à l'âge préhistorique » a-t-il ajouté à propos de l’arbitre du match Algérie-Cameroun.

Pour la Fecafoot, Djamel Belmadi « sous-entend que le résultat du match aurait été faussé au détriment de l’Algérie par l’arbitre »

Tout en affirmant que « ne pas participer à une phase finale de Coupe de monde restera pour nous une grande désillusion, une grande tristesse », Djamel Belmadi n’a pas hésité à tacler les Camerounais en déclarant que « ce n’est pas la meilleure équipe » qui s’est qualifiée pour le Mondial 2022 au Qatar.

Pour la Fecafoot, à travers ses propos, Djamel Belmadi « sous-entend que le résultat du match aurait été faussé au détriment de l’Algérie par l’arbitre et une ‘conspiration de 2 ou 3 personnes’ » lit-on dans le communiqué tout en menaçant que  « le Cameroun se réserve le droit de porter l’affaire dans les prochains jours devant la commission d’éthique de la FIFA».

«Mais d’ores et déjà, la Fecafoot conteste ces allégations diffamatoires instillées de manière allusive et formulées de façon répétitive par les dirigeants algériens du football. Elle regrette que la persistance de cette polémique au long cours soit de nature à provoquer des incidents similaires à l’agression verbale subie par des responsables camerounais le 1er avril dernier à Doha en marge du tirage au sort de la Coupe du monde Qatar 2022» ajoute la Feacafoot.

« La Fecafoot exhorte les dirigeants algériens à user des voies légales pour exercer leurs droits »

Tout en affirmant son « attachement aux valeurs du sport » et de rappeler que « la glorieuse incertitude de notre sport peut réserver des  résultats difficiles à accepter » la Fecafoot a tenu à adresser une pique aux Algériens en soulignant  qu’il est du « devoir de tout dirigeant de préparer les compétiteurs et le public, à goûter, le cas échéant à l’amertume de la défaite et éprouver la douleur d’une élimination au scénario improbable ».

« Le Cameroun l’a fait il y a quelques semaines quand la sélection nationale a été éliminée en demi-finale de la CAN Total Energie 2021 organisée sur son propre sol. Il en fut de même lorsque les Lions Indomptables ont concédé une défaite (0-1) face à l’Algérie au match aller qui s’est disputé au stade de Japoma à Douala» rappelle l’instance du football camerounais.  «La Fecafoot exhorte les dirigeants algériens du football à user des voies légales pour exercer les droits qui leur sont reconnus » ajoute le communiqué en allusion au recours introduit par la FAF auprès de la FIFA.

Vidéo : Interview de Djamel Belmadi (FAF)