La sélection algérienne n’ira pas au Mondial 2022, prévu en novembre prochain au Qatar. Les Verts ont été éliminés mardi soir par les Lions Indomptables au stade de Blida, à l’issue d’une rencontre à rebondissement. Une élimination frustrante pour les millions de supporters algériens et qui a surtout fait beaucoup de mal au sélectionneur national Djamel Belmadi.  

Les images de Djamel Belmadi, effondré sur la pelouse en larme, à l’issue du match Algérie-Cameroun, ont fait le tour de la toile. Inconsolable, à l’instar de ses joueurs et des millions de supporters algériens, Belmadi n’a pas toutefois dérogé à la règle en se présentant quelques minutes plus tard devant les journalistes pour la traditionnelle conférence de presse.

Avec la grosse déception qui se lisait sur son visage, Djamel Belmadi n’a pas trouvé de mots pour décrire ses sentiments après cette élimination amère du prochain Mondial. « Dans l'immédiat, je ne pense pas pouvoir faire une analyse détaillée de cette élimination, car je suis tellement effondré que j'ai du mal à trouver les mots. Mais ce qui est sûr, c'est qu'à seulement dix secondes de la fin, nous étions qualifiés », affirme-t-il la gorge nouée.

« Si on s'était qualifiés, personne n'aurait trouvé à redire », estime Djamel Belmadi

« Certains m'ont reproché mes choix tactiques pour ce match, mais personnellement, je ne suis pas d'accord avec ça. Notre équipe a bien joué et elle s'est procuré un très grand nombre d'occasions. D'ailleurs, si on s'était qualifiés, personne n'aurait trouvé à redire », se défend-il, en évoquant notamment le fait d’avoir reproduit le même schéma que celui du match aller avec notamment l’incorporation de cinq défenseurs.

Tout en félicitant le Cameroun pour sa qualification, Djamel Belmadi estime toutefois que les Lions Indomptables n’étaient pas supérieurs à ses joueurs. « Je pense que ce n’est pas l’équipe la plus méritante qui s’est qualifiée ce soir », lance-t-il non sans afficher son amertume notamment pour les supporters. « J’ai une pensée pour le peuple qui se déplace en nombre, regardent devant sa télévision ce soir. J’ai une pensée pour mes enfants, aux enfants et familles qui ont célébré avant de voir tout s’écrouler dix secondes plus tard », se désole-t-il.

Djamel Belmadi n’a pas caché sa colère envers l’arbitre de la rencontre, qui aurait, selon lui, influé sur le résultat en raison de ses décisions. « Je le dis aujourd’hui sans peur : ces arbitres ne respectent pas notre pays […] Ces deux dernières années, je n’ai jamais vu un seul arbitre qui ne soit pas agressif quand tu viens lui parler. Je ne cherche pas d’excuses, ce sont des faits », lance-t-il.

« Le jour où je sens que je ne serai plus utile, je me retire tranquillement », affirme Belmadi

Bien entendu, la question qui brulait les lèvres des journalistes et des millions de supporters algériens concerne l’avenir de Djamel Belmadi à la barre technique des Verts. « Je suis arrivé alors que l'équipe nationale était en grande difficulté. Nous avons réussi à nous hisser, où nous étions proches d'un Mondial. Il y a un sentiment d'un travail qui a été bien fait. On ne peut pas passer à côté d'un objectif qui est celui de se qualifier au Mondial. Bien évidemment, je ferai mon bilan », affirme-t-il.

« Je vais réfléchir comme il le faut dans les jours à venir, le plus important est que cette équipe nationale soit forte dans les prochaines années. Les étapes par lesquelles on est passés doivent nous renforcer. Il faut juste continuer à travailler et à améliorer ce qui n'a pas marché dans l'organisation de cette équipe, de cette Fédération », a-t-il expliqué. « Le jour où je sens que je ne serai plus utile pour mon pays, je me retire tranquillement », ajoute-t-il.