Vers la simplification des procédures d'immigration vers l'UE

Afin d’encourager l’immigration légale et attirer des compétences, l’Union européenne (UE) veut simplifier les procédures permettant d’accueillir des travailleurs en provenance de pays tiers. Pour cela, la Commission européenne propose une réforme de la législation de l’UE en matière d’immigration.

La Commission européenne, qui est l'une des principales institutions de l'Union européenne (UE), a annoncé, ce mercredi 27 avril 2022, vouloir faciliter les migrations des travailleurs en provenance des pays tiers et faciliter leur mobilité entre les 27 pays membres de l’UE. « La Commission propose aujourd'hui une politique de migration légale ambitieuse et durable », indique-t-elle dans un communiqué publié sur son site officiel.

Pour y parvenir, la Commission veut simplifier la procédure permettant aux ressortissants de pays tiers d’obtenir un permis de travail et de résidence unique dans l’UE, tout en réduisant les délais de traitement. Ce permis unique ne sera plus lié à un seul employeur et ses bénéficiaires pourront donc changer d’emploi en toute légalité au sein des 27 pays de l’UE, explique la Commission européenne.

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts

Faciliter l’octroi du statut de résident de longue durée pour les travailleurs étrangers

La Commission veut également faciliter l’octroi du statut de résident de longue durée pour les travailleurs en provenance de pays tiers. Un statut qui peut être accordé au bout de cinq ans de résidence légale dans un pays de l’UE. La commission propose de reconnaître dans ces 5 années les périodes de résidence de ces travailleurs dans différents États membres et de faciliter la mobilité au sein des 27 pays de l’UE.

La Commission européenne propose également aux États membres de prendre en compte la période des études dans l’un des pays de l’UE lors de la délivrance aux travailleurs étrangers du statut de résident de longue durée. Tout comme la période d’accueil sous protection temporaire, d’une durée de trois ans maximum, dont bénéficient notamment les réfugiés fuyant l’Ukraine, ce qui accélérera leur accès au statut de résident de longue durée, explique le communiqué.

Les droits associés des travailleurs étrangers exerçant au sein d’un pays de l’UE seront également pris en compte, selon la Commission européenne. Il s’agit de la facilitation des procédures du regroupement familial avec un accès au marché du travail pour les membres de la famille du travailleur étranger et l’octroi immédiat du statut de résident de longue durée aux enfants des travailleurs sous ce statut au sein de l’UE.

Afin de rendre l'UE plus attrayante pour les ressortissants de pays tiers, la Commission européenne, qui dit œuvrer pour « une politique migratoire légale tournée vers l'avenir », propose une initiative pilote qui devrait être opérationnelle d'ici l'été 2022. Il s’agit de mise en œuvre d’une plateforme numérique à l’échelle de l’UE sur laquelle des candidats à l’immigration pourront s’inscrire afin d’aider les entreprises à trouver les compétences dont elles ont besoin.

Société « L'immigration tue » : CNews écope d'une amende de 60'000 euros


Vous aimez cet article ? Partagez !