4 000 postes d'emploi sont à pourvoir chez les deux aéroports parisiens, à savoir Roissy Charles de Gaulle et Orly. C'est ce qu'a fait savoir, jeudi 28 avril dernier; le groupe ADP, l'entreprise qui gère les deux structures, lors de la présentation de son bilan d'activité. 

Après plus d'une année d'arrêt à cause de la crise sanitaire liée au coronavirus, qui avait entrainé la fermeture des frontières, le trafic aérien repart de plus belle. L'activité a repris depuis quelques semaines, voire quelques mois. Elle a, en effet, retrouvé des couleurs à la faveur de l'amélioration de la situation sanitaire.

Les différentes compagnies aériennes ont ainsi repris le service et les aéroports ont connu une forte affluence. C'est le cas des deux aéroports de Paris : Charles de Gaulle et Orly. Ces deux derniers ont enregistré le mois de mars une nette hausse en matière de fréquentation. Cette fréquentation n'est plus loin d'ailleurs du niveau d'avant la crise sanitaire.

Déficit de main-d'œuvre aux aéroports de Paris

Selon le groupe ADP, structure gérant les aéroports de Paris, les deux aéroports ont atteint les 72,4 % en matière d'afflux par rapport à 2019. Cela « se matérialisant par un chiffre d’affaires par passager de 26 euros, soit une hausse de 3,1 euros par rapport à 2019 », a indiqué le PDG d'ADP Augustin de Romanet, dont les propos ont été rapportés par plusieurs médias dont Air Journal.

À lire aussi :  Emmaüs Toulouse : Bons plans pour les étudiants en France

Cela dit, cette reprise brusque a causé des désagréments pour les deux aéroports parisiens qui se retrouvent en déficit de main-d'œuvre. Selon le même responsable, les deux aéroports doivent recruter pas moins de 4000 employés en urgence. Cela étant donné que les deux structures s'attendent à une nette hausse des fréquentations durant les prochains mois qui coïncident avec la saison estivale et les grandes vacances.

Selon toujours la même source, les deux structures aéroportuaires cherchent ainsi à recruter « des techniciens de maintenance, des ingénieurs », mais aussi des agents de sécurité, entre autres. Les avis de recrutement ont été lancés, mais à la surprise du groupe ADP, ses annonces ne semblent pas emballer grand monde. Le PDG d'ADP fait état de « plusieurs centaines de postes aujourd’hui qui ne trouvent pas preneur ».

« On n’avait pas anticipé non plus la reprise économique dynamique avec beaucoup d’offres d’emploi, où les gens qualifiés ont le choix », souligne de son côté le secrétaire général de la CGT Daniel Bertone, cité par la même source.