Les travailleurs de la maintenance des avions d'Air Algérie ont observé, ce samedi 14 mai 2022, un arrêt de travail suivi d'un rassemblement. Une grève à travers laquelle ces techniciens ont appelé la direction d'Air Algérie à répondre favorablement à leurs doléances.

Les soucis de la compagnie Air Algérie ne semblent pas finir. Alors qu'elle sort à peine d'une longue période de turbulences en raison de la crise sanitaire, qui a lourdement impacté son activité, Air Algérie doit désormais faire face aux réclamations d'ordre socioprofessionnelles de ses travailleurs.

Ces derniers, qui se sont montrés « compréhensifs » durant la période de la crise sanitaire, en mettant entre parenthèses leurs nombreuses doléances, sont à nouveau montés au créneau avec le retour progressif à la normale des activités d'Air Algérie.

Après les pilotes de ligne qui ont récemment manifesté leur colère en réclamant auprès de la direction d'Air Algérie la prise en charge de leurs revendications, liées notamment au volet social, c'est au tour des travailleurs de la filiale maintenance des avions d'Air Algérie de prendre le relais. En effet, ces derniers ont observé ce samedi 14 mai une grève surprise suivie d'un rassemblement.

Le syndicat des travailleurs de la maintenance d'Air Algérie réclame la prise en charge de ses revendications

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, le Syndicat national des techniciens de la maintenance des avions d'Air Algérie (SNTMA), qui affirme avoir organisé cette protestation après avoir « épuisé toutes les voies possibles dans le cadre de la loi », a indiqué avoir tenu une réunion dans la matinée de ce samedi 14 mai « en vue de se pencher sur la situation des travailleurs de ce secteur très sensible » au sein de la compagnie nationale.

À lire aussi :  Manque de main-d'œuvre en France : voici les métiers et les régions qui recrutent massivement

Après un débat « riche et responsable », les représentants du SNTMA ont convenu que l'action des travailleurs de la maintenance des avions d'Air Algérie « était prévisible », car « les revendications sont toujours les mêmes depuis de nombreuses années ». Le syndicat estime que « toute réponse négative » aux doléances des travailleurs « aura des conséquences néfastes » sur « l'avenir de la compagnie Air Algérie » et « cela en contradiction avec les recommandations des hautes autorités du pays ».

Le SNTMA avait pour rappel saisi la direction de la maintenance d'Air Algérie lors d'une réunion le 2 mars 2022 pour réclamer la prise en charge des revendications des travailleurs. Des revendications qui concernent une « une justice salariale en accord avec la hiérarchisation des métiers et des salaires, selon la convention collective d'Air Algérie ». Le SNTMA, qui regrette que « la politique d'exclusion systématique et irresponsable était prédominante sur toutes les décisions de la direction d'Air Algérie », a réitéré son « refus catégorique de la baisse des salaires du personnel ».