L'actrice Chafia Boudrâa, grande figure du cinéma algérien, est décédée ce dimanche 22 mai à Alger à l'âge de 92 ans, des suites d'une longue maladie. Chafia Boudrâa, également femme de théâtre, a marqué les téléspectateurs algériens par le son rôle de « Lala Aini » incarnée dans le feuilleton télévisé « El Hariq (l'incendie) » dans les années 1970.

Considérée comme la doyenne des actrices algériennes, Chafia Boudrâa, de son vrai nom Atika Boudrâa, est née à Constantine en 1930. En 40 années de carrière, elle a marqué de son empreinte le cinéma et le théâtre algériens en incarnant des rôles dans de nombreux films, feuilletons et pièces théâtrales.

Durant sa longue et riche carrière, Chafia Boudrâa a notamment joué dans plusieurs longs métrages, dont « L'évasion de Hassan Terro » de Mustapha Badie,  « Le mariage de Moussa » de Tayeb Mefti, « Leila et les autres » de Sid Ali Mazif, « Une femme pour mon fils » de Ali Ghalem, « Un vampire au paradis » de Abdelkrim Bahloul et « Le cri des hommes » de Okacha Touita.

Son rôle dans le film « Hors-la-loi », réalisé en 2010 par la réalisateur franco-algérien Rachid Bouchareb, va la mener au Festival de Cannes pour lequel le film a été sélection en compétition officielle la même année. L'actrice s'est aussi distinguée par ses rôles joués dans de nombreux feuilleton, dont le plus célèbre était incontestablement « El Hariq (L'incendie) » réalisé dans les années 1970 par Mustapha Badie dans lequel elle avait crevé l'écran avec son rôle de Lala Aini.