Les prix des voitures d'occasion maintiennent le cap en Algérie. La tendance haussière entamée il y a quelque mois pour différentes raisons, est toujours de mise. Ces véhicules sont devenus pratiquement intouchables pour la petite et moyenne bourses, qui sont d'ailleurs appelées à repousser encore leur achat d'un véhicule. Et les prix risquent d'augmenter davantage durant l'été 2022.

Pour les spécialistes, tant que l'importation des véhicules neufs et d'occasion n'a pas repris, les prix des voitures ne baisseront pas et le marché ne va pas se stabiliser. En fait, ces spécialistes s'accordent à dire que cette hausse vertigineuse des prix des voitures a été causée par la suspension de cette activité.

D'ailleurs, un forcing a été exercé par les concessionnaires, des associations pour la défense des consommateurs et même des internautes afin de reprendre l'importation des voitures. En vain. Il y a lieu de signaler que les services concernés ont annoncé à plusieurs reprises que celle-ci allait être libérée, mais concrètement, rien n'a été fait.

Ce gel de l'importation des voitures à l'origine d'une flambée qui s'inscrit dans la durée

Cette situation a donc favorisé la hausse des prix, explique-t-on. Les voitures d'occasion sont devenues un luxe qui n'est plus permis à nombre de citoyens. Les prix augmentent au point où les propriétaires peuvent vendre des voitures d'occasion à des prix plus élevés que le prix d'achat du véhicule neuf.

Le journal arabophone Echorouk rapporte qu'une Volkswagen Touran, immatriculée en 2015, a été vendue à 480 millions de centimes de dinars cette semaine au niveau du marché d'automobile de Constantine. Un marché très prisé et qui constitue une référence en la matière. Le propriétaire de la voiture a confié au même quotidien qu'il avait acheté cette voiture pour seulement 200 millions en 2017.

La même source donne en outre l'exemple de la Seat Ibiza, dont le prix dépasse les 300 millions de centimes de dinars algériens, et ce quel que soit son état. Un habitué de ce point de vente a affirmé que les tarifs augmentent de 20 à 30 millions par semaine. Selon de nombreux spécialistes qui commentent la situation du marché automobile algérien, les prix de voitures maintiendront ce rythme dans les prochains mois. D'autant que la demande augmente durant la saison estivale, ce qui affole le marché.